11.9 C
Courbevoie
vendredi 26 février 2021

Coronavirus : le CASH de Nanterre ouvre un centre de vaccination

Le Centre d’Accueil et de Soins Hospitaliers (CASH) de Nanterre vient d’ouvrir un centre de vaccination contre le Covid-19.

Situé à quelques encablures de La Défense, le Centre d’Accueil et de Soins Hospitaliers (CASH) de Nanterre a ouvert mardi dernier un centre de vaccination contre le Covid-19. « Dans un premier temps, ce centre de vaccination s’adresse aux professionnels du CASH, ainsi qu’aux 5 900 professionnels de santé de la boucle nord des Hauts-de-Seine, médicaux et paramédicaux exerçant en libéral ou dans un centre de santé, aux auxiliaires de santé et aux pompiers, de plus de cinquante ans ou présentant un facteur de vulnérabilité », indique la direction du centre hospitalier. Pour l’heure le vaccin injecté est celui de Pfizer-BioNTech.

Lancé simultanément avec celui d’Antoine-Béclère à Clamart et quelques jours avant celui du Centre Hospitalier Rives de Seine de Courbevoie, Puteaux et Neuilly, le centre de Nanterre a « vocation à s’élargir à l’ensemble de la population en fonction du calendrier édicté par le gouvernement », indique le CASH de Nanterre. Les personnes âgées de plus de 75 ans pourront ainsi être vaccinées à partir du 18 janvier prochain comme l’a indiqué le Premier ministre Jean Castex ce jeudi soir.

L’unité de vaccination du CASH mobilise actuellement six soignants pour injecter pour l’heure une trentaine de doses par jour. Mais rapidement le centre pourrait monter en puissance. « La vaccination n’est pas obligatoire mais on a énormément de demandes », confie Véronique Bortolotti, praticienne attachée au CASH.

Le CASH qui indique que l’ouverture de centre s’inscrit dans la continuité de ses initiatives prises depuis le début de la pandémie. « Cette réactivité déployée par le CASH montre, si besoin était, la nécessité d’un hôpital généraliste de proximité à Nanterre. Pourtant, il y a peu encore, cet hôpital était voué à la fermeture, un destin que seule une forte mobilisation des Nanterriens et de leurs élus a permis d’éviter », explique le CASH qui rappelle que le centre est toujours « plombé par un endettement massif de 47,5 millions d’euros et attend toujours l’allégement promis de cette dette, qui lui coûte 6 millions d’euros par an ».

- Publicité -

Articles similaires

Suivez-nous

- Publicité -

articles les plus lus

- Publicité -

Derniers articles