8.5 C
Courbevoie
samedi 20 avril 2024
- Publicité -

Paris 2024 : la flamme olympique passera par La Défense

Deux jours avant d’embraser la vasque olympique, la flamme des Jeux passera par le quartier d’affaires de La Défense.

Du Château de Versailles au Mont-Saint-Michel, des grottes de Lascaux aux Alpes, en passant par les plages de Vendée et celles de la Guadeloupe, la flamme olympiques va sillonner durant un peu moins de trois mois la France. Allumée le 16 avril 2024 sur le site d’Olympie en Grèce et après un relais de neuf jours dans son pays natal, la flamme olympique va traverser près de 400 villes françaises en passant le 24 juillet par le quartier d’affaires de La Défense, deux jours avant le début des Jeux, le 26 juillet.

Le mercredi 24 juillet, la torche -dont le design n’a pas encore été révélé- va parcourir 19 villes du département des Hauts-de-Seine où se dérouleront plusieurs épreuves durant les Jeux. Le point central des festivités du jour sponsorisé par Coca-Cola et la BPCE se fera au cœur de La Défense près de la Paris La Défense Arena, là où vont se tenir les épreuves de natation et celles de Water-polo.

« Ce parcours, qui sera à n’en pas douter un beau moment de fête partagée autour du sport et de ses valeurs, deux jours avant la cérémonie officielle d’ouverture, se terminera au pied de l’Arche de La Défense, comme un symbole de l’engagement des 36 villes de tout un département pour que ces Jeux olympiques de Paris 2024 profitent à tous les habitants des Hauts-de-Seine », s’est félicité Georges Siffredi, le président du département des Hauts-de-Seine.

Après son long périple, la flamme embrasera le 26 juillet la vasque olympique marquant le début de la XXXIIIᵉ olympiade. La localisation précise de l’allumage de la vasque lors de la cérémonie d’ouverture des Jeux Olympiques à Paris, sur la Seine, n’a pas encore été officiellement déterminée. Bien que la Tour Eiffel ait été mentionnée à plusieurs reprises comme une possibilité, le président du Comité d’organisation des Jeux olympiques (Cojo), Tony Estanguet, n’a pas confirmé cette hypothèse.

Au total ce sont 10 000 relayeurs, dont 3 000 en équipes qui auront la chance de tenir la torche. Chaque relayeur portera la flamme pendant environ quatre minutes, parcourant une distance de 200 mètres. Un tiers des relayeurs sera choisi par le comité d’organisation et le mouvement sportif, un autre tiers sera sélectionné par les parrains du relais de la flamme, à savoir la BPCE et Coca-Cola, un troisième tiers sera désigné par les autres partenaires des Jeux Olympiques et les derniers 10 % seront choisis par les territoires qui accueilleront la flamme. Dans les Hauts-de-Seine ce sont six relayeurs qui seront ainsi sélectionnés par le département.

Cette cérémonie de trois mois sera placée sous haute-sécurité dans un contexte de climat social français toujours tendu mais aussi d’actions militantes écologistes coups-de-poing. Les organisateurs s’attendent en effet à des actions pour s’en prendre à la flamme. Sans révéler les mesures de sureté qui seront mises en place, il est certain que les porteurs seront protégés par une « bulle itinérante de sécurité ».

La flamme n’était plus passée par la France depuis 2008, année des Jeux d’été à Pékin. Cette journée d’avril avait été par marquée par une série d’incidents sur fond de tension entre la Chine et le Tibet. De nombreux défenseurs des Droits de l’Homme étaient venus dénoncer le comportement de la Chine.

- Publicité -

Articles similaires

Suivez-nous

- Publicité -

articles les plus lus

- Publicité -

Derniers articles