32.1 C
Courbevoie
vendredi 19 juillet 2024
- Publicité -

Michel Sardou fait ses adieux à la Paris La Défense Arena

Le chanteur de 77 ans a livré ce samedi soir à la Paris La Défense Arena le premier de ses deux concerts. L’artiste affirme qu’il prendra sa retraite à l’issue de sa tournée s’achevant le 29 mars prochain à Brest.

Il l’assure : il va prendre sa retraite à l’issue de sa tournée qui s’achèvera le 29 mars prochain à Brest. A quelques jours de cette ultime date, Michel Sardou était à la Paris La Défense Arena ce weekend pour y donner ses deux concerts parisiens d’adieu.

Au cœur de la plus grande salle de spectacle d’Europe, l’artiste de 77 ans a posé sa scène circulaire pour être au plus proche de son public. Une scène équipée d’un plateau tournant où le chanteur élégamment vêtu d’un costume sombre a d’ailleurs failli se « casser la gueule ». Il s’en amusera à plusieurs reprises. « Inutile de vous dire que je suis ravi de vous voir dans cette charmante petite salle », déclare le chanteur aux 20 000 spectateurs massés dans la salle.

Pour lancer le premier de ses deux concerts, c’est avec son cultissime « Les lacs du Connemara » que le monument de la chanson française a fait son apparition. Le chanteur poursuit avec « Marie-Jeanne », « Casino » et « Une fille aux yeux clairs ».

L’artiste va scander cette blague douteuse sur le consentement : « [Aujourd’hui], un jeune homme qui pose sa main sans son consentement sur la main d’une femme, c’est garde à vue direct. S’il a l’audace de vouloir poser sa main ailleurs, là, c’est Fleury-Mérogis (en référence à la prison) ». Puis un tacle sur Sandrine Rousseau. « J’espère que [cette chanson « Je vais t’aimer »] va déstructurer un peu plus, une femme charmante, adorable, intelligente et chiante », a-t-il lancé à l’attention de la députée écologiste avec qui il entretient un conflit un peu puéril.

Pour satisfaire les désirs de ses fans, Michel Sardou va ensuite se lancer dans une avalanche de tubes plus ou moins connus dont « En chantant », « Il était là (Le Fauteuil) » « La java de Broadway », « J’accuse », « Je ne suis pas mort », « Je viens du Sud » ou encore « La maladie d’amour ».

Puis Michel Sardou va rendre hommage à « son ami » Johnny Hallyday en reprenant en toute intimité « Quelque chose de Tennessee », titre qu’ils avaient chanté ensemble en juin 2000 au parc de Sceaux.

Le chanteur originaire de Paris va poursuivre son spectacle avec « Rouge », « Vladimir Ilitch », « Mam’selle Louisiane », « L’autre femme », « Verdun » et le légendaire « Je vole ». Après deux bonnes heures de concert et « Comme d’habitude » joué en rappel, Michel Sardou va repartir comme il est arrivé avec son fameux « Les lacs du Connemara », le tube jugé comme « immonde » et de « droite » par la chanteuse Juliette Armanet. La setlist du concert est à retrouver ici.

- Publicité -

Articles similaires

Suivez-nous

- Publicité -

articles les plus lus

- Publicité -

Derniers articles