15 C
Courbevoie
samedi 22 juin 2024
- Publicité -

« Nous vous pourchasserons hors de France » : la mosquée Ibn Badis de Nanterre ciblée par des menaces

Un courrier très menaçant a été envoyé début octobre à la mosquée Ibn Badis de Nanterre. Une enquête a été ouverte par le parquet de Nanterre.

Alors que les actes antisémites se multiplient partout en France, les musulmans font aussi l’objet de violentes menaces. Début octobre, la mosquée Ibn Badis de Nanterre, située à quelques encablures du quartier d’affaires de La Défense a reçu une très virulente lettre de menaces, sur fond de guerre entre Israël et le Hamas et de l’assassinat de Dominique Bernard, un professeur de français.

« Si vos frères islamistes, salafistes, ou terroristes de tous poils, ou vos organisations nationales, s’en prennent, d’une manière ou d’une autre, à nos écoles, collèges, lycées, universités, à nos lieux publics, à nos églises ou synagogues, à nos institutions, à nos compatriotes, ou d’une façon plus large, aux symboles sacrés de la République française une et indivisible, alors le feu de l’enfer s’abattra sur vous », assure ce texte adressé aux « musulmans de France ». Et l’auteur du courrier leur promet « de brûler au hasard, [vos] écoles coraniques, [vos] mosquées, [vos] commerces, [vos] quartiers, [vos] cités » tout en « les pourchassant hors de France jusqu’au dernier ».

Évidement anonyme, la lettre est signée « Les amis de Charles Martel », en référence au chef militaire franc, une figure très populaire à l’extrême droite pour avoir affronté à Poitiers, en 732, les troupes des omeyyades, une dynastie arabe et musulmane.

Ne voulant pas rendre publique cette affaire, les responsables de l’institut Ibn Badis l’ont finalement confirmée après qu’une copie de la lettre ait été publiée sur X par la députée EELV, Sabrina Sebaihi. La Mosquée Ibn Badis a indiqué avoir déposé une plainte le 29 octobre dernier. « En ces heures sombres, aucune menace ne peut être prise à la légère. Nous répondrons à cette menace dans le calme et l’apaisement en laissant les autorités diligenter une enquête », explique dans un communiqué la Mosquée Ibn Badis.

Le parquet de Nanterre a ouvert une enquête. De son côté, le préfet des Hauts-de-Seine, Laurent Hottiaux a, sur X, condamné « avec la plus grande fermeté » cette menace. Ce vendredi, le lieu de culte, très fréquenté par la communauté musulmane était protégé par un équipage de police.

« Je condamne avec la plus grande fermeté les menaces contre nos concitoyens de confession musulmane contenues dans un courrier reçu par l’Institut Ibn Badis et demande que tout soit mis en œuvre pour que les auteurs de cet acte odieux et intolérable soient au plus vite identifiés, interpelés et condamnés », s’est pour sa part exprimé Raphaël Adam, le nouveau maire de Nanterre.

Alexandre Guillemaud (UDI), élu d’opposition et président du groupe « Aimer Nanterre » au conseil municipal de Nanterre a parlé d’une lettre anonyme « immonde ». « De tels actes ne peuvent pas rester impunis et attendons donc que la justice condamne les auteurs. Le vivre ensemble se doit de demeurer un vecteur essentiel pour unir l’ensemble de la population notamment en respectant les religions présentes dans notre pays et à Nanterre », a écrit sur X, le groupe politique.

- Publicité -

Articles similaires

Suivez-nous

- Publicité -

articles les plus lus

- Publicité -

Derniers articles