6.8 C
Courbevoie
vendredi 7 mai 2021

Un hackathon au Pôle Léonard de Vinci pour traiter de l’alimentation durable

Pendant cinq jours des étudiants du Pôle Léonard de Vinci accompagnés par près de cinquante coachs, ont innové sur la problématique de l’alimentation durable et ses impacts sur le climat, la biodiversité et les enjeux humains.

Cinq jours pour traiter le sujet de l’alimentation durable. Du 1er au 5 février dernier s’est déroulée la grande semaine pédagogique, en mode Hackathon du Pôle Léonard de Vinci. Ce grand rassemblement annuel a permis à 1 200 étudiants de première année des écoles EMLV, ESILV et IIM répartis en 230 équipes, accompagnés d’une cinquantaine de coachs, de s’intéresser à la problématique de l’alimentation durable et ses impacts sur le climat, la biodiversité et les enjeux humains.

Durant ces cinq jours, les étudiants ont été parrainés par Edouard Bergeron, journaliste et réalisateur du film « Au nom de la terre », avec Guillaume Canet. Edouard Bergeron est venu à leur rencontre, lors d’une journée, pour répondre aux questions, en parlant d’agriculture et d’agriculteurs, et pour montrer en quoi notre consommation quotidienne est aussi un choix de société.

« L’action d’être curieux, de chercher à mieux se nourrir avec des producteurs et des agriculteurs français, c’est ça qui est important, mangeons local ! Local pour moi c’est français, pas forcément bio mais une agriculture raisonnée, de qualité, et bonne pour la santé. Pour moi, c’est très important de venir parler de l’avenir aux étudiants, à ceux qui vont faire demain, d’autant plus dans une école de management, d’ingénieurs et de digital où il y a tout à créer », estime Edouard Bergeron.

Les 230 équipes composées de profils complémentaires et issues des trois écoles du Pôle Léonard de Vinci ont choisi une des huit thématiques (La production agricole, l’agriculture urbaine, la transformation & le stockage, l’industrie agroalimentaire, la distribution, la consommation, la création de filières durables, les déchets & l’économie circulaire). « Les étudiants ont été inspirés et ont présenté des projets très complets pour traiter cette problématique », explique l’université qui précise que quelques projets « coups de cœur des jurys » sont notamment sortis du lot.

« Nous avons décidé de mobiliser toutes les personnes qui sont politiquement actives pour faire en sorte qu’ils aillent voir les mairies et les maires pour instaurer des potagers dans des parkings désaffectés ou même affectés, ou sur des toits ou des jardins », confie Anthelme Rochette, un étudiant de l’école EMLV.

Ces « Hackathons » intensifs pour innover en équipe se déroulent donc sur cinq jours. Le lundi, les équipes découvrent un enjeu auquel ils vont devoir apporter une solution innovante ; le vendredi, ils présentent leur prototype aux membres du jury. Pendant la semaine, ils sont amenés à consolider leur projet avec l’aide de coachs professionnels. Ces challenges transversaux permettent de mobiliser les étudiants sur un grand thème de société.

« Ils ont eu cinq jours pour travailler sur ce thème, trouver une problématique pertinente et préparer un plan de communication. Leur objectif était de sensibiliser le grand public aux enjeux de l’alimentation durable. Cela a été pour eux, l’occasion de leur propre sensibilisation sur le sujet. Beaucoup ont pris conscience du rôle de l’alimentation », rajoute  Laure Bertrand, directrice Soft Skills, développement durable et carrières au Pôle Léonard de Vinci.

- Publicité -

Articles similaires

Suivez-nous

- Publicité -

articles les plus lus

- Publicité -

Derniers articles