17.2 C
Courbevoie
dimanche 26 mai 2024
- Publicité -

Un nouveau Digital Dream plus immersif pour charmer clients et annonceurs

Le dispositif d’écrans géants de 250 mètres carrés permet aux annonceurs de communiquer auprès des 32 millions de visiteurs annuels du mall.

Le Digital Dream fait peau neuve. Dix ans après son installation, ce dispositif d’écrans géants implanté au dôme du Westfield Les 4 Temps vient d’être remplacé par un modèle bien plus moderne pour capter l’attention des 32 millions de visiteurs annuels du mall.

Encore plus immersif que son prédécesseur, le New Digital Dream se compose toujours d’un écran central désormais incurvé, en forme de totem (7×12,5 mètres), s’intégrant harmonieusement avec l’environnement architectural de la place du dôme du Westfield Les 4 Temps. Deux écrans circulaires convexes sont situés aux étages supérieurs, afin de prolonger l’impact visuel du contenu diffusé par le totem et ainsi obtenir une vision à 360 degrés, le tout offrant un effet en 3D.

Avec une résolution de sept flux UHD (avec plus de 37 millions de pixels) et un niveau de couleurs supérieur à l’ancienne version, la qualité d’image du nouveau média offre aux annonceurs un véritable écrin d’une superficie totale de 250 mètres carrés accompagné d’un système par la spatialisation sonore. L’équipement permet aux marques un support d’une « qualité inédite » selon l’agence d’Unibail Rodamco Westfield (URW), Westfield Rise et Cityz Media (anciennement Clear Channel), l’opérateur des espaces publicitaires numériques du centre permettant au public d’interagir avec l’écran et de profiter de contenus interactifs « attrayants » grâce à l’installation de trois caméras OAK autour de l’écran principal.

L’opérateur des publicités numériques du centre propose aux marques de bénéficier de 75 % du temps d’affichage, contre 50 % sur l’ancienne version du Digital Dream. Pour passer son annonce sur le New Digital Dream, il va falloir mettre la main à la poche. S’approprier ces écrans coûte entre 90 000 euros la semaine et 120 000 euros selon la période de l’année. Et durant la quinzaine des Jeux Olympiques puis la semaine des Jeux Paralympiques les marques devront débourser pas de moins de 150 000 euros pour séduire les supporteurs venus des quatre coins du monde. En plus des écrans, Cityz Media propose aux annonceurs d’investir le dôme avec une animation commerciale pouvant atteindre les 90 mètres carrés et d’habiller l’environnement.

Le New Digital Dream est un dispositif d’écrans géants de 250 mètres carrés – Defense-92.fr

« Grâce à ses contenus inédits et ses expériences uniques, le New Digital Dream va changer la façon dont les marques interagissent avec les consommateurs, en créant un lien émotionnel. C’est un atout pour les marques, qui grâce à cette alliance du digital et du physique, bénéficient d’un puissant levier de drive-to-store », s’enthousiasme Candice Mayer-Gillet, directrice générale de Westfield Rise.

Cette nouvelle version du Digital Dream semble avoir séduit les marques du divertissement, du luxe et de l’agro-alimentaire. Alors que Land Rover avait lancé l’ancien Digital Dream en 2013, pour inaugurer cette nouvelle version, c’est Coca-Cola qui vient vanter jusqu’au 27 avril sa boisson sans sucre sous le conseil de son agence Essence Mediacom et de leur partenaire OOH/DOOH Poster Conseil/Screenbase. À ce jour, le propriétaire du mall, l’agence Westfield Rise et Cityz Media se targuent d’avoir déjà signé avec dix autres annonceurs, mais pas encore pour la période des Jeux Olympiques.

« Le New Digital Dream est un espace d’expression au service de la visibilité des marques et des artistes. Il participe, à travers la création d’expériences uniques, à faire de Westfield Les 4 Temps un véritable lieu de vie », indique Didier Quillot, président exécutif de Cityz Media.

Le New Digital Dream intègre également des gestes artistiques créés sur mesure. Grâce au partenariat signé entre Westfield Les 4 Temps et la start-up Artpoint, engagée dans la promotion de l’art numérique, le centre commercial, dont l’ambition est de rendre la culture accessible à tous, met en avant une nouvelle génération d’artistes via des expositions d’œuvres numériques. Jenny Jiang et Matthew Keff sont les deux artistes qui investissent le dispositif en avril. Le centre commercial profitera également des écrans pour diffuser ses annonces.

- Publicité -

Articles similaires

Suivez-nous

- Publicité -

articles les plus lus

- Publicité -

Derniers articles