19.2 C
Courbevoie
mercredi 19 juin 2024
- Publicité -

Paris 2024 : la Paris La Défense Arena arbore fièrement les anneaux olympiques

Le site de compétition qui accueillera les épreuves de natation et les phases finales de water-polo s'est paré des anneaux olympiques.

Avant même qu’ils ne soient hissés au premier niveau de la prestigieuse Tour Eiffel, les emblématiques anneaux olympiques trônent depuis ce mercredi sur la Paris La Défense Arena, l’un des plus importants sites olympiques et paralympiques de Paris 2024.

La Paris La Défense Arena, qui accueillera les épreuves de natation et les phases finales de water-polo pour les Jeux Olympiques, puis les rencontres de para-natation aux Jeux Paralympiques, a dévoilé ce symbole fédérateur imaginé en 1913 par le baron Pierre de Coubertin. « Ce dévoilement est une préfiguration des Jeux », s’est enthousiasmé en marge de la cérémonie, Georges Siffredi, le président du département des Hauts-de-Seine.

Le temps des Jeux, le logo de la salle, savant mélange entre celui de Paris La Défense (le namer de la Paris La Défense Arena) et les écailles en verre de l’arena, cède ainsi sa place aux traditionnels anneaux multicolores. Dépourvus d’un système interne d’éclairage, les anneaux surplombant l’entrée principale de l’arena ne brilleront cependant pas à la nuit tombée.

Aussi surprenant que cela puisse paraître, la plus grande salle de spectacle d’Europe sera le seul site de compétition à être décoré de cet emblème sous cette forme. La Paris La Défense Arena sera également le seul site à pouvoir conserver son nom, contrairement à l’Accor Arena, l’Orange Vélodrome ou la nouvelle Adidas Arena.

« C’est une satisfaction particulière », confie Jacky Lorenzetti, le propriétaire de la Paris La Défense Arena, rappelant un « concours de circonstances » faisant économiser « près de 150 millions d’euros ». Car rappelons-le, à l’origine, la salle ne devait pas abriter les épreuves de natation mais celles de gymnastique et d’haltérophilie. Mais le manque de place au nouveau centre aquatique érigé face au Stade de France avait rendu impossible l’organisation des épreuves de natation là-bas, contraignant le Comité d’organisation des Jeux Olympiques (Cojo) à se tourner vers la salle de Nanterre.

Les anneaux olympiques trônent sur la façade de la Paris La Défense Arena – Defense-92.fr

Les responsables de la Paris La Défense Arena, qui va rester indisponible jusqu’à la mi-octobre, peuvent avoir le sourire d’accueillir les Jeux. Après les quatre monumentaux shows de Taylor Swift, la plus grande salle de spectacle d’Europe devient l’enceinte multimodale incontournable, que ce soit pour des concerts, du sport en tout genre, des salons et événements privés. La dimension mondiale des Jeux va permettre de mettre en lumière la Paris La Défense Arena.

Et c’est justement une immense fierté pour l’ancien maire de Nanterre et toujours conseiller départemental d’accueillir les épreuves les plus suivies après l’athlétisme. « En 2010, quand on a commencé à imaginer la construction de l’arena ici, ça paraissait inimaginable d’accueillir les épreuves de natation et de water-polo », abonde Patrick Jarry, qui promet que sa ville fera un événement « jeune et populaire ». Les nanterriens pourront aussi profiter de places gratuites. « Nous allons remettre 6 000 places pour les Jeux Olympiques et Paralympiques », poursuit l’ancien maire. Les chanceux seront choisis très prochainement par un « conseil citoyen » qui se basera sur des règles « transparentes ».

Alors que la construction des stades éphémères est bien visible un peu partout dans la capitale, le montage des deux bassins à l’intérieur de la Paris La Défense Arena, débuté au lendemain des concerts de Taylor Swift, reste mystérieux, même si des images ont récemment fuité sur les réseaux sociaux.

Le premier bassin aux dimensions olympiques et d’une capacité de 2,25 millions de litres est déjà quasiment terminé. Le second, non visible des spectateurs, où les athlètes pourront s’entraîner, commence à prendre forme.

Autour du « monstre en échafaudages » où prendra place la tribune presse, les zones mixtes ainsi que l’espace d’arbitrage « une plage » va être bientôt montée pour remettre à niveau l’accès à la piscine profonde d’un peu plus de deux mètres. « On est pile-poil dans les temps. Notre chantier avance très sereinement. Tout baigne », a indiqué Denis Navizet, ancien rugbyman et responsable du site pour Paris 2024.

Voilà à quoi ressemblera le bassin de complétion pour les épreuves de natation, de para-natation et les phases finales de water-polo – Paris 2024
- Publicité -

Articles similaires

Suivez-nous

- Publicité -

articles les plus lus

- Publicité -

Derniers articles