14.4 C
Courbevoie
mardi 26 octobre 2021
- Publicité -

La ministre du Travail Élisabeth Borne à la rencontre des professionnels du commerce

Élisabeth Borne, la ministre du travail a rencontré ce jeudi des professionnels du commerces à quelques jours de l’instauration du pass sanitaire.

Comment va se passer l’instauration du pass sanitaire obligatoire dans les restaurants, magasins et centres commerciaux ? Élisabeth Borne, la ministre du Travail a rencontré ce jeudi au centre Westfield Les 4 Temps des professionnels du commerce. « Comment les centres vont gérer ces contrôles, comment vont-ils se passer ? », s’est questionné un responsable du commerce face à la ministre.

Une inquiétude partagée par une autre grande enseigne du mall. « Nous avons réalisé un test, hier pendant trente minutes. Il faut en moyenne trente secondes aux agents de sécurité pour vérifier le pass sanitaire d’un client. Vous multipliez ça par 80 000 ou 100 000 personnes par jour et vous avez plus d’un semi-marathon de queue ! », a lancé Éric Landais, responsable de l’enseigne Go Sport et président de l’association des commerçants du centre, comme le relate Le Parisien.

« Je pense que les contrôles seront faits en amont du centre, a indiqué la ministre. Certains de vos représentants sont pour un contrôle à l’entrée dans le centre, d’autres pour un contrôle en boutique. Les deux positions sont débattues ».

« On continue de discuter pour caler les bons seuils, les bonnes règles. A priori, ce n’est pas votre rôle de contrôler l’identité », a-t-elle rajouté. « Ce sera à chaque établissement soumis à pass sanitaire, de faire les contrôles et la police contrôlera que l’établissement a fait les contrôles », a poursuivi la ministre.

Devant ces difficultés à venir, Anne-Sophie Sancerre, directrice régionale d’Unibail-Rodamco-Westfield (qui détient le centre Westfield Les 4 Temps), demande un délai supplémentaire de quinze jours, au motif que les usagers des centres commerciaux sont majoritairement jeunes et qu’ils ont accédé plus tardivement au vaccin. Car avec jusqu’à 100 000 visiteurs par jour, la direction d’Unibail-Rodamco-Westfield (URW) redoute d’interminables files d’attente dans la vingtaine d’entrées du mall.

Ces contrôles qui pourraient donc être imputés au centre commercial effraient déjà URW. « L’idée, ce n’est pas de bloquer les gens aux entrées », rajoute Olivier Delamare, directeur des centres commerciaux français chez URW, estimant « matériellement impossible de contrôler chaque entrée ».

« Libre aux forces de l’ordre de venir contrôler à l’intérieur du centre si les personnes présentes ont le pass sanitaire ou pas. Et si elles n’ont pas le pass sanitaire, de les verbaliser. C’est exactement ce que le gouvernement a fait pendant les confinements avec les attestations de sortie dérogatoire », estime Olivier Delamarre.

Pour l’heure, tout comme pour les restaurants et les commerçants, les bailleurs des centres commerciaux encourent dans le cadre de l’avant-projet de loi une amende de 45 000 euros et un an d’emprisonnement en cas de non-respect des contrôles.

- Publicité -

Articles similaires

Suivez-nous

- Publicité -

articles les plus lus

- Publicité -

Derniers articles