19.4 C
Courbevoie
samedi 22 juin 2024
- Publicité -

Pour mieux grandir, WO2 cède à Altarea sa filiale Woodeum

Déjà actionnaire de Woodeum à hauteur de 50 % du capital depuis juillet 2019, Altarea vient d’acquérir le solde du capital de Woodeum.

Le leader français de l’immobilier résidentiel intègre dans son giron l’intégralité de Woodeum, le spécialise des résidences en bois. Déjà actionnaire de Woodeum à hauteur de 50 % du capital depuis juillet 2019, Altarea a annoncé avoir acquis le 21 février dernier le solde du capital de Woodeum auprès de WO2 Holding, devenant ainsi l’actionnaire unique.

Fondé en 2014 par Guillaume Poitrinal et Philippe Zivkovic, Woodeum est devenu en moins de dix ans le champion de l’immobilier résidentiel bas carbone en bois massif. Du côté de La Défense, Woodeum développe actuellement quelques programmes dont une résidence aux Groues, à Nanterre. « Dans un contexte de changement climatique et d’évolution de la réglementation, cette acquisition confirme l’ambition d’Altarea d’accélérer sa transition vers le logement bas carbone, en renforçant les moyens donnés à Woodeum pour poursuivre sa dynamique de croissance », explique dans un communiqué, Altarea qui ajoute ainsi Woodeum à Cogedim, sa marque historique.

« Le chemin parcouru par Altarea auprès de Woodeum depuis 2019 et la connaissance fine acquise tant de l’entreprise que de la construction en bois massif CLT, ont conforté notre décision d’acquérir les 50 % résiduels. Nous sommes très heureux d’accueillir l’ensemble des équipes de Woodeum au sein d’Altarea », confie Alain Taravella, le président-fondateur d’Altarea, saluant la « formidable réussite » des deux fondateurs.

Grace à la cession de ses parts, WO2, va désormais se recentrer dans l’immobilier d’entreprise afin « d’accélérer son développement ». Le promoteur porte actuellement l’énorme chantier d’Arboretum à Nanterre, et projette à La Défense de transformer l’immeuble CB3, en un bâtiment intégrant du bois. Parallèlement WO2 construit le futur siège de GRDF à Saint-Denis.

« Le bois nous permet d’offrir une vraie révolution qui touche l’infrastructure, mais également l’apparence du bâtiment. Cette réconciliation du dedans et du dehors créée une ambiance particulière où la démarche écologique devient polysensorielle : elle se voit, elle se sent, elle se touche. Nos espaces offrent bien plus que des bureaux, avec un nouveau rapport à l’extérieur, à la nature, aux services et au travail. Ils permettent une empreinte carbone et des niveaux de consommation réduits de plus 50% par rapport à un immeuble traditionnel », commentent Guillaume Poitrinal et Philippe Zivkovic.

- Publicité -

Articles similaires

Suivez-nous

- Publicité -

articles les plus lus

- Publicité -

Derniers articles