0.8 C
Courbevoie
lundi 29 novembre 2021
- Publicité -

Vaccination : Véran et Attal en VRP au vaccinodrome de La Défense pour convaincre des sceptiques

Le ministre de la Santé, Olivier Véran et le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal sont venus ce jeudi à la Paris La Défense Arena pour rencontrer des jeunes sceptiques sur la vaccination.

Être persuasif par le dialogue et les arguments. Olivier Véran, le ministre de la Santé et Gabriel Attal le porte-parole du gouvernement sont venus ce jeudi matin au vaccinodrome de la Paris La Défense Arena pour rencontrer des jeunes sceptiques sur la vaccination.

Durant une bonne heure les deux ministres ont échangé avec Marion, Jean-Philippe, Brice, Samy et Cliford, cinq jeunes, âgés de 17 à 25 ans sur l’importance de se faire vacciner contre le Covid-19. Face aux inquiétudes de ces jeunes salariés, les deux membres du gouvernement ont tenté de rassurer.

« Vous avez eu une année pourrie, non ?, a clamé Olivier Véran. Le vaccin est une arme dont nous disposons pour lutter avec efficacité en sécurité contre le Covid qui nous empoisonne la vie ». Le ministre de la Santé a aussi tenu à rappeler que les effets indésirables après une injection sont normaux. « Les effets indésirables ça arrive avec tous les vaccins, assure-t-il indiquant qu’à part une fièvre de quelques heures, une fatigue ou un mal à l’épaule, ces réactions « sont minimes ».

Gabriel Attal a de son côté mis en garde les jeunes de ne pas écouter les « fake news » largement diffusées sur les réseaux sociaux. « Je regarde beaucoup les réseaux sociaux, je suis sur Instagram et on voit des personnes balancer des fake news sur les vaccins. Notamment des personnes qui sont très suivies par les jeunes », a lâché le porte-parole ciblant particulièrement l’ex-star de la télé-réalité Kim Glow (Sophie Laune de son vrai nom) pour qui la starlette aux 1,1 million d’abonnés sur Instagram a tenu « des propos mensongers sur les vaccins » parlant même de « danger public ».

Une heure d’échanges qui a fait mouche auprès de deux des cinq jeunes. Convaincus, les deux jeunes salariés ont accepté de se faire piquer d’une première dose de Pfizer-BioNTech. Et pour ces deux injections médiatiques, c’est Olivier Véran, en personne qui s’est attelé à la tâche. Un acte possible car avant d’être ministre l’homme politique était médecin neurologue. « Je n’étais pas cent pour cent contre. Je n’avais pas assez d’informations sur le sujet. Ce qui m’a rassuré c’est de mieux comprendre le vaccin », a admis Marion à l’issue de sa piqure.

- Publicité -

Articles similaires

Suivez-nous

- Publicité -

articles les plus lus

- Publicité -

Derniers articles