14 C
Courbevoie
jeudi 30 mai 2024
- Publicité -

2022, l’année où WeWork a sorti la tête de l’eau

Le spécialiste américain de la location d’espaces de travail partagés va mieux, après une période difficile.

Le leader mondial du coworking va mieux. En grandes difficultés, depuis 2019 après son introduction ratée en bourse, WeWork a affiché des résultats encourageants pour l’année 2022.

Le spécialiste américain de la location d’espaces de travail partagés affiche un chiffre d’affaires de 848 millions de dollars au quatrième trimestre représentant une augmentation de 18 % par rapport à l’année précédente, et dépassant les attentes des analystes qui tablaient sur 847 millions de dollars selon FactSet. En utilisant les taux de change budgétés par la société, le chiffre d’affaires s’est élevé à 905 millions de dollars, soit une augmentation de 26 % par rapport à l’année précédente, dépassant ainsi les prévisions précédentes de la société (entre 870 et 890 millions de dollars).

Pour la première fois de son histoire la société a atteint la rentabilité de l’EBITDA ajusté en décembre. L’EBITDA ajusté de WeWork au quatrième trimestre, qui s’élève à 26 millions de dollars, représente une amélioration de 257 millions de dollars en glissement annuel dépassant les attentes des analystes qui tablaient sur 67 millions de dollars d’après FactSet.

En ce mois de février, WeWork a prolongé l’échéance de la tranche junior de sa facilité de lettres de crédit de novembre 2023 à mars 2025 et a augmenté la facilité de 350 millions de dollars à un maximum de 470 millions de dollars.

« Nos résultats du quatrième trimestre démontrent que nous avons accompli ce que nous nous étions fixés pour l’exercice 2022 en restant concentrés sur la réduction des dépenses, l’optimisation de notre portefeuille, la croissance des revenus et l’augmentation du taux d’occupation. Nous avons ainsi franchi une étape historique en atteignant la rentabilité de l’EBITDA ajusté en décembre, ce qui témoigne du travail acharné de nos employés et de la valeur durable de nos produits. À mesure que nous avançons, nous restons déterminés à poursuivre sur cette lancée tout en consolidant notre bilan », se félicite Sandeep Mathrani, Président et CEO de WeWork.

Cette bonne performance a été rendue possible par la hausse des locations des différents espaces mondiaux de WeWork. Le taux d’occupation physique consolidé de 75 % à la fin du quatrième trimestre est en hausse de 12 % par rapport à l’année précédente, ce qui témoigne de la poursuite de l’évolution vers des espaces flexibles. En France, WeWork est pour l’heure présent uniquement en région parisienne. Le taux d’occupation pour les vingt centres de la capitale a fortement progressé pour s’établir fin 2022 à 80 %, contre 66 % pour l’année précédente.

Dans le détail, WeWork se refuse de communiquer sur la performance de chacun des centres. Ouvert en 2020 en pleine pandémie, l’unique espace WeWork du quartier d’affaires de La Défense séduit aujourd’hui du salarié indépendant à la multinationale Groupon et le spécialiste de la vente de véhicules d’occasions heycar.

- Publicité -

Articles similaires

Suivez-nous

- Publicité -

articles les plus lus

- Publicité -

Derniers articles