18.9 C
Courbevoie
dimanche 25 juillet 2021
- Publicité -

L’ESSEC veut bannir le harcèlement sexuel et les propos sexistes de ses campus

L’ESSEC Business School a annoncé ce lundi le lancement d’un portail de signalement des violences sexuelles et sexistes.

Les étudiantes de l’ESSEC Business School peuvent désormais signaler les violences sexuelles et sexistes dont elles sont victimes. Pour la quatrième année consécutive, l’École Supérieure des Sciences Économiques (ESSEC) dont le campus principal est implanté à Cergy (95) et l’une de ses antennes à La Défense, au sein du Cnit organise sa semaine de mobilisation pour l’égalité Femmes/Hommes, en collaboration avec les associations étudiantes.

A cette occasion, l’école a annoncé ce lundi le lancement d’un portail de signalement en ligne pour « les violences sexuelles, sexistes, mais aussi les agissements racistes ou LGBTIphobes ou toute autres formes de discrimination ». Cette plateforme est mise à disposition à la fois des étudiants, des professeurs et salariés du groupe.

L’ESSEC dit s’être est engagée depuis de nombreuses années sur les questions de diversité, de mixité et de respect d’autrui en lançant notamment en 2014 une commission dédiée, rattachée au directeur général. L’école supérieur indique en outre avoir travaillé en 2018 à la rédaction de la « Charte du respect d’autrui », en collaboration avec les différentes parties prenantes internes de l’ESSEC, et notamment les associations étudiantes.

« Ce texte est le socle éthique de tous les acteurs du groupe ESSEC et doit être signé par tous les étudiants primo-entrants. Pour assurer la bonne application de cette charte, un processus de veille, d’alerte et d’enquête a été déployé. Il s’appuie sur un réseau de référents internes spécifiquement formés sur les sujets en question », indique l’école dans un communiqué.

Pour l’école il n’est plus question d’accepter aucune violence sexuelle quelquelle soit. « Cette plateforme de signalement est un outil supplémentaire important pour accompagner la mise en œuvre de notre politique de tolérance zéro face aux infractions au respect d’autrui au sens large, et aux violences sexistes et sexuelles en particulier, confie Anne-Claire Pache, la directrice de la Stratégie, des Alliances et de l’Engagement Sociétal, de l’ESSEC. Nous travaillons parallèlement, depuis plusieurs années, à une stratégie de prévention, au travers de temps de sensibilisation et de formations. Nous avons également intégré ces sujets de diversité et management inclusif dans les cours fondamentaux pour qu’au-delà de la vie sur nos campus, nous formions nos étudiants à être, demain, des managers inclusifs et acteurs de l’égalité femmes/hommes ».

Pour mener ce combat, l’ESSEC se fait accompagner par une structure externe experte sur les sujets de respect d’autrui, et spécifiquement sur les problèmes de violences sexistes et sexuelles. Cette structure assurera la formation des référents, la sensibilisation de l’ensemble des étudiants, mais aussi le suivi des cas les plus difficiles.

- Publicité -

Articles similaires

Suivez-nous

- Publicité -

articles les plus lus

- Publicité -

Derniers articles