22.8 C
Courbevoie
samedi 12 juin 2021
- Publicité -

Il y a 180 ans, les « cendres » de Napoléon touche terre à La Défense

Une foule immense s’était massée sur les bords de Seine en ce 15 décembre pour assister au retour de la dépouille de Napoléon Ier.

Un peu moins de vingt ans après son décès sur l’Ile de Sainte-Hélène appartenant au Royaume-Uni, c’est par un froid glacial que Napoléon Ier fait son retour aux portes de la capitale par la Seine. A la tombée de la nuit de ce lundi 14 décembre 1840, le bateau « La Dorade » qui rapatrie la dépouille de l’empereur -et non ses cendres contrairement à la croyance populaire- touche terre sur le port de Courbevoie. L’annonce se propage très vite et beaucoup d’anciens soldats de la Grande Armée passent la nuit du 14 au 15 décembre à se recueillir dans un froid intense.

Le lendemain, le mardi 15 décembre 1840, il fait toujours très froid dans la capitale, près de moins dix degrés d’après les dires de l’époque. Une foule immense se masse au bord du fleuve du Pont de Neuilly jusqu’aux Invalides. Les grands dignitaires de l’Empire vinrent s’incliner devant le cercueil veillé par Philippe de Rohan-Chabot, chef de la mission Sainte-Hélène ; le prince de Joinville, Emmanuel de Las Cases, député de la Seine ; le général Bertrand ; le comte Marchand et Désiré Maurenq, le maire de Courbevoie.

Après l’absoute donnée par le curé de la paroisse, le sarcophage d’ébène et de bronze fut porté par les marins jusqu’au char funèbre, et le cortège triomphal s’achemina lentement vers les Invalides, à Paris. La légende dit que ce jour-là un grand aigle chassé des forêts par le froid vint survoler le ciel de Courbevoie.

Le char funèbre de Napoléon descend les Champs-Élysées, Louis-Julien Jacottet d’après un dessin de Louis Marchand

« Ciel glacé ! soleil pur ! Oh ! brille dans l’histoire ! Du funèbre triomphe, impérial flambeau ! Que le peuple à jamais te garde en sa mémoire. Jour beau comme la gloire, Froid comme le tombeau », évoque Victor Hugo dans son recueil de poèmes « Les Rayons et les Ombres » en souvenir de cette journée pleine d’émotion.

Cinquante ans après ce retour, et pour que l’événement ne tombe pas dans l’oubli, une stèle commémorative est érigée sur la place du port de Courbevoie le 15 décembre 1940 à l’initiative de la municipalité de Courbevoie et d’un groupe d’historiens de l’Empire.

Mais la création du quartier d’affaires de La Défense la fit disparaitre quelques décennies plus tard. Le monument est d’abord mis à l’abri puis réinstallé solennellement par l’Epad (l’établissement public d’aménagement de La Défense, devenu aujourd’hui Paris La Défense) le 15 décembre 1980, au pied de la résidence des Damiers, sur la place Seine également nommée place Napoléon Ier. A l’avenir le réaménagement du quartier des Saisons et le projet des tours Hermitage, de plus en plus incertain aujourd’hui pourrait de nouveau entrainer le déplacement de la stèle pour quelques temps…

La stèle rendant hommage à Napoléon Ier sur la place Seine à Courbevoie, au pied de la résidence des Damiers et de la tour Neptune – Defense-92.fr

- Publicité -

Articles similaires

Suivez-nous

- Publicité -

articles les plus lus

- Publicité -

Derniers articles