12.6 C
Courbevoie
jeudi 23 mai 2024
- Publicité -

Mort de Nahel : le policier soupçonné du tir remis en liberté et placé sous contrôle judiciaire

Florian M., le policier accusé d'avoir provoqué la mort de Nahel en juin dernier à Nanterre a été remis en liberté en l’échange d’une caution de 15 000 euros et d’un contrôle judiciaire strict.

Coup de théâtre. Florian M., le policier accusé d’avoir provoqué la mort du jeune Nahel en juin dernier à Nanterre vient d’être remis en liberté, a annoncé France Inter ce mercredi. Ce policier de 38 ans était incarcéré depuis le 29 juin.

Jusqu’à présent, toutes ses requêtes pour être libéré avaient été rejetées par la justice, la chambre de l’instruction de Versailles ayant refusé sa dernière demande le 26 octobre. Les juges de Versailles avaient souligné dans leur décision la nécessité de « prévenir toute influence sur les témoins ».

Malgré tous ses refus, l’avocat de Florian M. avait déposé une nouvelle demande de libération le 9 novembre dernier. Mais cette fois-ci, les juges d’instruction ont décidé d’accorder la requête du policier, justifiant que sa détention provisoire ne semblait plus être justifiée à ce stade de l’enquête.

En échange de cette libération dans l’attente de son procès, Florian M. a dû verser une caution de 15 000 euros. Il a surtout l’interdiction d’entrer en contact avec les témoins et les parties civiles, « de paraître à Nanterre » et de « détenir une arme ».

Peu de temps après son placement en détention provisoire, plusieurs cagnottes avaient été lancées dont celle du polémiste Jean Messiha qui avait récolté 1,6 million d’euros. Mais cette initiative avait entrainé une vive polémique à tel point que la famille de Nahel avait déposé plainte.

Dans un communiqué, le nouveau maire de Nanterre, Raphaël Adam a dit « prendre acte » de cette remise en liberté, ajoutant : « Je souhaite que l’enquête sur la mort injustifiable d’un jeune Nanterrien de 17 ans progresse et continue d’exiger, avec toute l’équipe municipale, que justice soit rendue à Nahel ».

De son côté le syndicat Unité SGP Police-Force Ouvrière s’est dit « soulagé » de cette libération et estime que « le chemin est encore long » avant que Florian M. ne soit « blanchi ».

La mort du jeune Nahel, enfant de Nanterre avait entrainé de très violentes émeutes partout en France durant de nombreux jours. Nanterre avait été l’épicentre de ces violences urbaines, notamment en marge de la marche blanche. Les dégâts ont été chiffrés à près de 730 millions d’euros.

- Publicité -

Articles similaires

Suivez-nous

- Publicité -

articles les plus lus

- Publicité -

Derniers articles