8.5 C
Courbevoie
samedi 20 avril 2024
- Publicité -

Un policier abat un adolescent après un refus d’obtempérer

Ce mardi matin, à deux pas de la préfecture de Nanterre, un agent de police a tiré sur un conducteur lors d'un contrôle routier.

Le contrôle routier a très mal tourné. Un adolescent de 17 ans au volant d’une Mercedes jaune a été tué, ce mardi matin à Nanterre, à deux pas de la préfecture, après un refus d’obtempérer. Les faits se sont déroulés vers 8h20, au niveau de la place Nelson Mandela. Des policiers à moto auraient remarqué un véhicule commettant plusieurs infractions au Code de la route. Ils se seraient alors approchés de la voiture pour procéder à un contrôle du conducteur.

D’après plusieurs médias, selon la version rapportée par les policiers, un agent se serait placé à l’avant du véhicule pour le stopper, mais le conducteur aurait foncé sur lui. Un des policiers aurait alors fait usage de son arme et tiré un coup de feu vers son cœur. Le véhicule se serait ensuite encastré quelques mètres plus loin contre des barrières et un poteau, place Nelson Mandela, près du bureau de Poste.

Sauf que la version policière est contredite par une vidéo largement diffusée sur Twitter. Dans la séquence on peut y voir un véhicule à l’arrêt, contrôlé par deux policiers positionnés sur le côté du véhicule. L’un des policiers sort son arme, puis le véhicule redémarre sans menacer à aucun moment les fonctionnaires. Le policier, toujours sur le côté du véhicule, semble tirer un coup de feu en direction du conducteur.

Malgré l’intervention rapide des secours et un massage cardiaque prodigué, le jeune homme de 17 ans connu des services de police pour des faits similaires a succombé à ses blessures. Un passager a été interpellé et un autre a pris la fuite.

Le parquet de Nanterre a ouvert une enquête en flagrance pour refus d’obtempérer et tentative d’homicide volontaire sur une personne dépositaire de l’autorité publique. Cette enquête a été confiée au commissariat de Nanterre et à la Sûreté territoriale des Hauts-de-Seine.

De plus, une seconde enquête a été lancée par le parquet de Nanterre pour homicide volontaire commis par une personne dépositaire de l’autorité publique. Cette enquête a été confiée à l’inspection générale de la Police nationale (IGPN). L’objectif de l’enquête de l’IGPN est de déterminer les circonstances dans lesquelles le policier a fait usage de son arme et d’établir s’il y a eu légitime défense ou non.

Ce contrôle routier qui a dégénéré a suscité de nombreuses réactions politiques. Le maire de Nanterre, Patrick Jarry s’est dit « bouleversé » du décès de ce jeune de Nanterre et a exprimé « ses plus sincères condoléances » à la mère du conducteur ainsi qu’à sa famille et à ses proches ». L’édile qui parle d’images « accablantes » a par ailleurs demandé l’ouverture d’une enquête par la justice et l’Inspection Générale de la Police Nationale (IGPN), permettant de faire au plus vite « toute la lumière sur les circonstances exactes de ce drame ». Patrick Jarry souhaite également que le procureur s’exprime « rapidement » sur ces faits.

D’après le témoignage de la grand-mère de la victime vivant à Nanterre, son petit-fils, un livreur de pizza était « un gentil garçon très bien » sans problème avec la justice.

« Un refus d’obtempérer ne peut pas être une condamnation à mort. Pour personne. Jamais. », s’est pour sa part exprimée la députée écologiste Sandrine Rousseau. « Je préfère une racaille morte qu’un policier mort. Chacun son électorat ! », a tweeté de son côté Bruno Attal, le secrétaire Général adjoint du syndicat FrancePolice.

L’année 2022 a été marquée par un triste record, avec le décès de treize personnes suite à des refus d’obtempérer lors de contrôles routiers. Dans le cadre de ces enquêtes, cinq policiers ont été mis en examen. Quant aux autres fonctionnaires impliqués, ils ont été relâchés sans poursuites à ce stade.

- Publicité -

Articles similaires

Suivez-nous

- Publicité -

articles les plus lus

- Publicité -

Derniers articles