12 C
Courbevoie
jeudi 18 avril 2024
- Publicité -

Les emblématiques tours Aillaud entament leur mue

Les offices HLM de Nanterre et du département des Hauts-de-Seine ont lancé les travaux de rénovation des célèbres tours de l’architecte Aillaud. Un vaste programme à 230 millions d’euros incluant acteurs du public et privés.

L’ambiance était à la fête samedi dernier aux pieds des emblématiques tours Aillaud de Nanterre. Érigées au cours de la décennie 70 selon les dessins d’Émile Aillaud, les tours Nuages plus connues sous le nom de leur créateur entament une nouvelle vie. Vingt ans après avoir bien failli disparaitre, les dix-huit tours Aillaud -comprenant entre treize et trente-neuf étages- labélisées « Architecture contemporaine remarquable » sont toujours là, et pour encore longtemps. Implantées aux portes de La Défense, dans le quartier du Parc Sud, les célèbres tours aux formes de trèfles et de nuages vont se transformer d’ici à 2030.

Les 1 078 logements de cinq tours gérées par le bailleur Nanterre Coop’ Habitat et de six tours administrées par Hauts-de-Seine Habitat, vont bénéficier d’une importante métamorphose pour un montant d’environ 96 millions d’euros. Outre la rénovation des parties communes, dont les halls, les tours Aillaud vont s’habiller d’une nouvelle enveloppe en inox coloré. En plus de l’aspect esthétique, cet habillage fabriqué dans une usine française près d’Alès (30) permettra de mieux isoler les bâtiments, très énergivores. La nouvelle peau métallique appliquée directement par l’extérieur sera accompagnée par de nouvelles fenêtres. Si ce choix de revêtement est décrié par certains, il va permettre aux offices de mener les travaux tout en gardant les locataires sur place.

Les tours Aillaud vont être entièrement rénovées et pour certaines transformées – Defense-92.fr

Six des tours Nuages (une de Nanterre Coop’ Habitat et cinq de Hauts-de-Seine Habitat), soit 488 logements vont intégrer le patrimoine du promoteur Cogedim allié avec Histoire & Patrimoine pour accueillir de nouveaux usages. Le groupement va mettre sur la table 129 millions d’euros pour moderniser les buildings. Certains conserveront leur vocation à accueillir des habitants avec une vente de logements en accession libre. Et d’autres abriteront près de 20 000 mètres carrés d’activités, services et équipements. Mais contrairement aux onze tours conservées par les deux bailleurs sociaux, ces six tours garderont leurs façades en mosaïque couleurs pastelles -elles seront entièrement refaites- si particulières. D’ici là les deux bailleurs vont s’atteler à reloger les quelques 500 familles concernées dans les prochains mois.

Les tours Aillaud qui seront conservées par les deux bailleurs sociaux vont être rénovées d’ici à 2030 – RVA

Si les tours Aillaud vont rester dans le paysage de La Défense, l’une va cependant s’effacer. La petite tour « 121 » et ses 44 logements bordant l’avenue Pablo Picasso sera détruite afin de désenclaver le quartier.

Après des années d’attentes et de tergiversation, les offices HLM Nanterre Coop’ Habitat et Hauts-de-Seine Habitat ont donc enfin lancé samedi dernier la rénovation de ces gratte-ciels abritant plus de 1 600 logements sociaux. Avant d’enclencher cet énorme chantier, Nanterre Coop’ Habitat va s’essayer sur la tour 15, immeuble pilote. Jusqu’à l’été 2024 la tour va revêtir son enveloppe en inox. Pour cette tour pilote comptant 99 appartements, plus de 10 millions d’euros vont être investis.

Les tours Aillaud seront toutes modernisées d’ici à 2030 – RVA

Une métamorphose qui méritait bien une cérémonie populaire pour les habitants des tours Nuages. Pour célébrer le début des travaux et la révélation des premières plaques en inox, sous la musique d’une fanfare, le « danseur de façade », Antoine Le Menestrel a offert un show aussi périlleux qu’artistique.

« Ça été dur », s’est exprimé très ému Patrick Jarry le maire (Gauche Citoyenne) de Nanterre qui qualifie cette transformation urbaine « d’absolue nécessité » pour ce quartier souffrant d’une mauvaise réputation notamment à cause de divers trafics de drogues. « Ces tours sont très jolies, elles ont des formes incroyables. Pour arriver à isoler ces tours par l’extérieur, il a fallu inventer une technique qui n’existe nulle part ailleurs », a rajouté l’édile. « Ces tours ont besoins d’être rénovées dans l’intérêt des nanterriens qui y vivent. Il est impératif d’améliorer ces logements, car il faut respecter le patrimoine quand cela est nécessaire », a pour sa part déclaré Georges Siffredi, le président des Hauts-de-Seine.

Au total, entre investissement public et privé, ce ne sont pas moins de 230 millions d’euros qui vont être injectés pour redonner un second souffle à cet ensemble s’étalant sur près de huit hectares. L’Agence Nationale pour la Rénovation Urbaine (ANRUE), apporte de son côté une contribution à hauteur de 82 millions d’euros pour rajeunir le quartier du Parc Sud. « C’était un objectif particulièrement ambitieux pour nous de conserver ce patrimoine architecturale est remaraquable », s’est exprimée Anne-Claire Mialot, directrice générale de l’ANRU.

Antoine Le Menestrel a offert un show aussi périlleux qu’artistique – Defense-92.fr
- Publicité -

Articles similaires

Suivez-nous

- Publicité -

articles les plus lus

- Publicité -

Derniers articles