3.1 C
Courbevoie
vendredi 16 avril 2021

Pour s’adapter à Eole, Sénéo déplace une énorme conduite d’eau à La Défense

Le syndicat et producteur d’eau potable, Sénéo a mené l’année dernière gros chantier pour déplacer une importante conduite d’eau.

L’arrivée d’Eole à La Défense chamboule une partie du quartier. Alors que sous le Cnit le chantier de construction de la gare cathédrale de La Défense bat son plein, ces travaux herculéens ont nécessité beaucoup d’autres chantiers d’adaptations et plus particulièrement sur les différents réseaux adjacents.

La création d’un couloir de correspondance entre la future gare du RER E et celle du Transilien et du tramway T2 a entrainé la déviation d’une importante conduite d’eau potable du syndicat et producteur d’eau Sénéo pour une partie de la boucle nord du département des Hauts-de-Seine (Asnières-sur-Seine, Bois-Colombes, Colombes, Courbevoie, La Garenne-Colombes, Gennevilliers, Nanterre, Rueil-Malmaison, Suresnes et Villeneuve-la-Garenne), rue Carpeaux, une voie principalement utilisée par les bus de la RATP et la logistique.

Sur une centaine de mètres, à la partie droite de la rue Carpeaux une nouvelle galerie technique a été construite par le groupement e-déf porté par Vinci chargé de mener les travaux d’Eole dans le secteur de La Défense et Nanterre. Ceci fait, Sénéo a ainsi pu y déplacer sa conduite d’eau potable d’un diamètre d’un mètre enterré jusqu’alors à gauche de la rue. Il n’y a pas que Sénéo qui a installé sa conduite. Le Sédif, un autre syndicat de gestion de l’eau qui gère notamment la ville de Puteaux y a aussi placé une conduite, mais plus petite. Enedis a également déployé des câbles haute tension sur le plafond de la galerie technique. Enfin, Enertherm qui gère une grande partie du réseau d’eau glacé et du chauffage de La Défense en a aussi profité pour y mettre ses tuyaux, mais sur le toit de la galerie.

Un chantier qui a fait face à des contraintes techniques mais aussi à la crise sanitaire du Coronavirus. « Ce projet a cumulé toutes les complexités techniques, de phasage et de coordination, avec de surcroît les précautions qu’il a fallu prendre en raison de la pandémie de Covid-19 », explique Raphaël Piat, responsable des services techniques de Sénéo.

La réalisation d’une soudure entre deux éléments de la conduite – DR

Après un important travail d’études et de sondages nocturnes réalisés à partir de 2018, Sénéo a dû réaliser ses travaux en limitant le plus possible les fermetures de voiries. Cela s’est passé notamment par deux opérations « coup de poing ».

La première s’est déroulée en seulement quatre jours. Sénéo a dévoyé la conduite à hauteur de la zone stratégique du Cnit. « Pilotage du terrassement, pose, ajustage, soudure, protection et remblayage des conduites à seulement une dizaine de centimètres d’un bracon, l’une des plus importantes infrastructures en béton qui assure la résistance du Cnit », indique Sénéo.

La seconde opération, la plus importante et surtout symbolique a été le raccordement de l’ancienne conduite, toujours en eau, avec le nouveau tronçon en quatre jours également. Cette opération réalisée à la fin 2020 a mobilisé une trentaine d’ouvriers de l’entreprise Axeo TP (filiale de Suez sélectionnée pour réaliser ces travaux), par tranche de 24 heures à plusieurs mètres de profondeur et en pleine terre.

« Ce chantier a été une belle expérience humaine et technique en même temps qu’une opération hors norme compte tenu du diamètre de la canalisation, du contexte sanitaire et des plannings très restreints », confie pour sa part Zaky Karoun, directeur de l’agence de Vitry-sur-Seine d’Axeo TP.

La galerie longue d’une centaine de mètres reçoit la conduite d’eau de Sénéo (en noire) mais aussi du Sédif (en bleu) et des câbles haute tension d’Enedis (au plafond) – DR

- Publicité -

Articles similaires

Suivez-nous

- Publicité -

articles les plus lus

- Publicité -

Derniers articles