13.2 C
Courbevoie
samedi 15 juin 2024
- Publicité -

La préfecture se félicite d’une réduction de la délinquance dans le département

Sur la centaine de points de deal recensés dans le département, la préfecture revendique en avoir fait fermer la moitié.

La délinquance recule dans le département le plus riche de France, selon Laurent Hottiaux, le préfet des Hauts-de-Seine. « On a vécu une année exceptionnelle, très intense », a insisté le préfet dont le département a été l’épicentre des violentes émeutes urbaines de l’été dernier après la mort de Nahel. Cette semaine inédite de violence a causé environ 9 millions d’euros de dégâts dans le département, principalement à Nanterre, Gennevilliers et Villeneuve-la-Garenne d’après les estimations de la préfecture. « Il y a toujours des enquêtes en cours. Le travail d’enquête continue », assure le préfet précisant qu’à ce jour 500 personnes avaient été interpellées.

Les violences physiques crapuleuses (de type racket ou vols dans l’espace public) ont reculé de 13 % en 2023, selon la préfecture, du fait de « la forte présence des forces de l’ordre sur le terrain ».

Dans le détail, les vols avec violence sans arme ont diminué de 16 %, les vols sans violence de 1,1 % et les violences aux personnes dans les transports de 15 %. Ce dernier point est d’ailleurs pour la préfecture « une forte priorité » à l’approche des Jeux Olympiques et Paralympiques.

Si les faits de cambriolage dans les locaux d’habitation sont en progression en 2023 (9,8 %), les services de l’État revendiquent un taux d’élucidation en hausse de 14,4 %. Et l’année semble bien débuter avec une baisse des cambriolages de 19 % durant le mois de janvier 2024. « On peut faire beaucoup mieux en matière de prévention », admet le préfet.

Moins de points de deal dans le département

« La première priorité a été la lutte contre les stupéfiants avec le démantèlement de points de deal », a confié Laurent Hottiaux. Sur les 96 points de deal recensés dans le département en décembre 2020, 48 d’entre eux ont été fermés depuis, affirme la préfecture, grâce à une stratégie permanente de « pilonnage » des services de police.

L’action menée par les forces de l’ordre a permis une augmentation « sans précédent » des saisies de stupéfiants dans le département. 1,5 tonne de cannabis a été saisie en 2023 contre 365 kilos en 2022, 89 kilos de cocaïne contre 15 kilos en 2022 et 8 kilos d’héroïne. « Nous allons augmenter les opérations de nettoyage de terrain, notamment à proximité des sites olympiques », assure Laurent Hottiaux.

Si les vendeurs ont été particulièrement ciblés par les policiers, les consommateurs n’ont pas été oubliés. Près de 4 200 amendes forfaitaires ont été dressées l’année dernière.

L’action décrite comme « efficace » du Groupe Interministériel de Recherche (GIR) des Hauts-de-Seine, qui a pour objectif l’identification et la saisie du patrimoine acquis grâce au trafic, a permis à elle seule la saisie de plus de 14 millions d’euros. Composé des services de la police, des douanes et de la direction générale des finances publiques, ce groupe « constitue une force importante dans la lutte contre l’économie souterraine et les différentes formes de délinquance organisée qui l’accompagnent ».

Conformément aux instructions du ministre de l’Intérieur et des Outre-mer, et plus globalement aux opérations « nettoyage de terrain », associant les services de la préfecture/de l’État, la police avec l’autorité judiciaire, ont été menées et vont être intensifiées dans les semaines à venir, promet la préfecture. Quatre opérations ont déjà été conduites sur le territoire des Hauts-de-Seine aboutissant ainsi à l’interpellation de seize individus.

De moins en moins d’affrontements entre bandes rivales

Très répandus entre les années 80 et 2000, les phénomènes d’affrontements entre bandes semblent être de l’histoire ancienne dans le département. Si la préfecture ne recense plus de bande réellement organisée et structurée comme la Def Mafia, il demeure toujours des petits groupes rattachés à certains quartiers plus ou moins sensibles du département.

Le déploiement du « plan bande », mais aussi la réactivité des forces de l’ordre appuyées par les dispositifs de vidéoprotection, ont porté leurs fruits puisque les chiffres en la matière ont diminué de 9 % en 2023 par rapport à 2022 (92 faits en 2023 contre 101 en 2022).

La préfecture indique que la police, l’éducation nationale et les communes travaillent de « manière coordonnée » avec la justice, notamment à travers les conseils locaux de sécurité et de prévention de la délinquance, à l’instar des dispositifs mis en œuvre entre les communes d’Asnières-sur-Seine et Gennevilliers, ou Boulogne-Billancourt et Issy-les-Moulineaux. « Notre objectif c’est d’éviter qu’il y ait un drame », a précisé le procureur de la République, Pascal Prache.

En revanche, les règlements de compte, notamment liés au trafic de drogue, sont en augmentation.

Une hausse des violences intrafamiliales

Enfin, les violences intrafamiliales sont décrites comme un axe « primordial » de la stratégie de prévention. Les violences intrafamiliales (VIF) font ainsi l’objet « d’une priorité et d’une attention toute particulière » de la part des forces de l’ordre pour l’accompagnement des victimes, mais aussi pour le traitement des procédures. Souvent difficiles à déceler, ces violences intrafamiliales ont augmenté de 5 % en 2023 dans le département selon un recensement. Un taux qui reste toutefois inférieur à l’évolution nationale de 10,7 %.

L’accompagnement des personnes victimes a été renforcé par le déploiement de postes d’intervenants sociaux en commissariat et par un encouragement des communes à se doter de structures telles que les maisons des femmes ou les maisons du droit et de la famille. Des dispositifs d’accueil mis en place par les collectivités ont été soutenus financièrement par le fonds interministériel de prévention de la délinquance. Le nombre de téléphones « grave danger », sous les auspices de la justice, a été multiplié par trois en deux ans sur le territoire. Soixante-quinze de ces appareils étaient déployés dans le département à la fin 2023 et la préfecture espère qu’il y en aura très prochainement une centaine.

- Publicité -

Articles similaires

Suivez-nous

- Publicité -

articles les plus lus

- Publicité -

Derniers articles