9.6 C
Courbevoie
mardi 18 mai 2021

3 jours, 150 volontaires et 15 associations : cette année Pro Bono Factory était en mode confiné

Pour la sixième édition de la Pro Bono Factory quelques 150 salariés se sont mobilisés durant trois jours pour venir une aide à une quinzaine d’associations.

Pour sa sixième édition la Pro Bono Lab Factory s’est semi-confiné. Organisé du 16 au 19 novembre dernier dans le quartier d’affaires, l’édition 2020 de la Pro Bono Factory (pour le bien public en Latin) s’est déroulé exceptionnellement sous un format intégralement digital en raison du coronavirus. Pendant trois jours, quelques 150 salariés de plusieurs entreprises de La Défense se sont mobilisés pour apporter un soutien et des solutions à quinze associations lauréates (Arpejeh, Atelier des Trois Tambours, Carton Plein, Clown’Up, Kabubu, La Source, Viacti, Guiti News, Kodiko, La Fédération nationale des victimes d’attentats et d’accidents collectifs (FENVAC), La Fédération Française du Sport Adapté (FFSA), La Fondation Paralysie Cérébrale, L’université du Café, Ouvrir les Yeux et VMEH92).

Chacune des associations a pu profiter durant deux demi-journées de la création d’un « livrable » comprenant un dossier détaillant les recommandations ainsi que le plan d’action dédié. En amont, Pro Bono Lab s’est chargé d’identifier les besoins et les projets des quinze structures qui ont été accompagnées afin de constituer les groupes de collaborateurs-volontaires présents selon leurs profils et leurs compétences (communication, finance, gestion de projet, RH, marketing…).

Cette année la quinzaine d’associations ont été choisies sur le thème de la réduction des inégalités. « Cette lutte prend aujourd’hui une nouvelle ampleur dans un contexte de crise économique et sanitaire qui représente un enjeu particulier pour le territoire », explique Paris La Défense, le principal partenaire de l’opération.

Mais il n’y avait pas que les salariés qui étaient invités à venir en aide au monde associatif. Les missions étaient ainsi ouvertes aux volontaires extérieurs grâce à un partenariat avec l’APEC.

« Les inégalités sont protéiformes. Elles se retrouvent dans l’accès à la culture, au sport, sur le marché de l’emploi… Une notion large, une réalité commune pour un trop grand nombre de personnes. Avec la Pro Bono Factory, nous voulons soutenir les associations qui déconstruisent quotidiennement ces inégalités en nous rassemblant pour agir ensemble sur le territoire francilien », s’est exprimée Marine Pichon, la responsable des programmes chez Pro Bono Lab.

- Publicité -

Articles similaires

Suivez-nous

- Publicité -

articles les plus lus

- Publicité -

Derniers articles