17.4 C
Courbevoie
lundi 26 juillet 2021
- Publicité -

Les salariés de Mediapro ne veulent pas être virés sans compensations

Une quinzaine de salariés de Mediapro s'est réuni ce mercredi à La Défense pour protester contre les conditions de leur licenciement.

Ils ne veulent pas partir sans indemnités. Une quinzaine de salariés de Mediapro s’est réuni ce mercredi 14 avril en début d’après-midi à La Défense devant l’immeuble Spaces où le groupe de médias espagnol tenait une réunion. Après la disparition de la chaine Téléfoot suite au refus de Mediapro de payer les droits de diffusion de la Ligue 1 et de la Ligue 2 de foot, le groupe de Jaume Roures va licencier la totalité de ses salariés français à l’exception du dirigeant français, Jérémie Roudaire.

Mais cette vague de licenciement ne passe pas, surtout auprès des salariés de la branche production du groupe qui s’était lancée en France en 2012 en étant prestataire notamment de BeIN Sports, le diffuseur de l’époque de la Ligue 1. Mis à part les rencontres de handball en France que Mediapro va produire jusqu’à la fin de la saison (en le sous-traitant pour ne pas faire appel à ses propres salariés), le groupe espagnol qui a voulu faire cavalier seul en acquérant a prix d’or les droits de diffusion du foot français, a perdu tous ses clients (Canal +, BeIN Sports,…) dans la production. Résultat il va se séparer de ses quatre-vingt-dix techniciens (dont cinq en CDD) en plus de l’intégralité des journalistes de l’ancien Telefoot.

Aujourd’hui en grève, les salariés de la branche production de Mediapro France protestent contre les conditions du plan social (PSE) consécutif à l’arrêt de l’essentiel des activités de production du groupe dans l’hexagone et demandent des meilleures conditions de départ. « Nous demandons l’ouverture de négociation pour avoir quelques choses de correct. On espère avoir l’équivalent d’un mois de salaire par année d’ancienneté », confie Jean-François Ballanger, représentant CGT. « Nous demandons que le plan soit en conséquence des moyens financier du groupe Mediapro », rajoute pour sa part Cedric Pourrageau, délégué du Spiac, le Syndicat des professionnels des industries de l’audiovisuel et du cinéma qui soutient les salariés de l’entreprise dans ce combat.

- Publicité -

Articles similaires

Suivez-nous

- Publicité -

articles les plus lus

- Publicité -

Derniers articles