3.1 C
Courbevoie
vendredi 16 avril 2021

Petit aux manettes de la mue d’Aurore

Construite au début des années 70, la tour Aurore subit depuis l’année dernière une vaste métamorphose. Le building va gagner plusieurs étages ainsi qu’un nouveau pavillon.

Elle était à l’abandon depuis une vingtaine d’années et désormais elle a repris une vie. La tour Aurore construite au début des années 70 a entamé depuis l’année dernière un important chantier de restructuration. Pour redonner un second souffle à Aurore, son nouveau propriétaire, l’investisseur Aermont a confié la transformation à l’architecte Jean-Paul Viguier. Le pavillon qui hébergera tous les services du gratte-ciel avec notamment un restaurant, un drugstore, un auditorium ou encore un espace de coworking a lui été imaginé par le cabinet Sisto Studios.

La surélévation d’Aurore et la création de ce pavillon permettra d’augmenter significativement la surface de l’ensemble immobilier à 38 900 mètres carrés dont 32 800 mètres carrés dédiés aux bureaux. Les deux bâtiments seront reliés par une rue intérieure qui fera office de hall d’accueil commun.

Le pavillon de la tour Aurore abritera tous les services du gratte-ciel – Defense-92.fr

Mené par Petit, une filiale du groupe Vinci, le chantier d’Aurore a débuté il y a déjà plus d’un an. Les premiers mois de travaux ont porté sur la destruction de l’ancien immeuble BNP, qui va être remplacé par le pavillon d’une quarantaine de mètres de haut, pour huit étages. L’édification du pavillon composé d’une structure en acier représentant 1 080 tonnes d’acier et 2 000 mètres cubes de béton a désormais bien avancé.

Un étage de la tour Aurore qui n’a pas encore été aménagé – Defense-92.fr

Aujourd’hui la tour Aurore s’est habillée d’une bonne partie de sa façade qui fait écho à l’ancienne avec ses allèges. En tout, ce sont 15 790 mètres carrés sans compter les 3 980 mètres carrés de façade pour le pavillon qui vont être posés. Le building jusque-là haut de 110 mètres pour 29 étages va commencer à en gagner six de plus. Une étape du chantier qui va avancer plutôt vite et devrait s’achever fin mai. Ce gain en hauteur et la reconstruction du noyau central, véritable colonne vertébrale du bâtiment où se trouvent ascenseurs et escaliers va nécessiter plus de 4 300 mètres cubes de béton, 390 tonnes de charpente métallique et 309 tonnes d’acier.

Un duplex de la tour Aurore – Defense-92.fr

« Le manque de place c’est ça la plus grande difficulté. Nous n’avons que 200 mètres carrés d’espace de stockage, confie Sébastien Marciniak, directeur de projets, chez Petit. La prouesse c’est aussi le délai. C’est un chantier qui va se faire en deux bonnes années. L’objectif c’est de terminer au printemps 2022 ».

Sur le chantier d’Aurore ce sont 170 ouvriers qui y travaillent actuellement. « En pointe on va monter à 250 et 300 ouvriers », précise Sébastien Marciniak. A cela s’ajoute l’encadrement (chefs de chantier, conducteurs de travaux…) du chantier soit une grosse vingtaine de personnes. La grue du chantier doit partir fin juin lorsque la tour aura gagné ses nouveaux étages et que le noyau aura été entièrement reconstruit.

Durant les six derniers mois avant la livraison d’Aurore, de nombreux essais de sécurité incendie seront menés et les aménagements intérieurs du building et du pavillon seront alors peaufinés.

Un étage de la tour Aurore en cours d’aménagement – Defense-92.fr

- Publicité -

Articles similaires

Suivez-nous

- Publicité -

articles les plus lus

- Publicité -

Derniers articles