14.4 C
Courbevoie
samedi 23 octobre 2021
- Publicité -

Malgré la crise, le département des Hauts-de-Seine a enregistré en 2020 un excédent budgétaire de 560 millions

Le département le plus riche de France a achevé son année 2020 avec un excédent budgétaire de 560 millions.

La crise sanitaire n’a pas trop entaché les comptes du département le plus riche de France. Le département des Hauts-de-Seine a terminé l’année 2020 avec un excédent budgétaire de 560 millions d’euros, a annoncé ce vendredi Pierre-Christophe Baguet (Les Républicains), premier vice-président en charge des finances et du budget en marge de la séance plénière du département ce 2 avril. Un trésor de guerre cependant en-dessous de l’année record de 2019 où le département avait enregistré 664 millions d’euros.

Si le département a certes bien résisté à la crise sanitaire, il a quand même dû mettre la main à la poche face à la pandémie. « Nous avons augmenté nos dépenses de 147 millions d’euros par rapport à l’exercice 2019, dont 100 millions d’euros pour la crise sanitaire. On doit être l’un des départements de France qui a le plus dépensé », a affirmé Pierre-Christophe Baguet.

Une fierté pour la majorité Les Républicains mais une « indécence » pour l’opposition. « L’excédent du département n’est en rien une réserve pour les mauvais jours, mais la preuve de l’impréparation de la collectivité depuis six ans pour faire face à l’augmentation de la pauvreté », s’est offusqué Patrick Jarry (Gauche Citoyenne), le maire de Nanterre et élu départemental.

La séance a aussi été l’occasion pour le département de détailler son programme d’investissement pour cette année. La collectivité qui est majoritaire dans l’établissement public Paris La Défense annonce « des moyens particulièrement importants » à hauteur d’un montant total de 581 millions d’euros. Il prévoit d’injecter 156 millions d’euros pour les transports, 82 millions d’euros dans les collèges, 38 millions d’euros contractualisés pour les communes, 25 millions d’euros pour les équipements culturels, 20 millions d’euros pour les infrastructures sportives et 34,5 millions d’euros au titre du FS2I (Fonds de solidarité interdépartemental d’investissement).

Les élus ont également voté le budget primitif 2021, qui est habituellement examiné quelques mois avant la présentation du compte administratif. Ce budget prévoit 909 millions d’euros pour le secteur social dont 39 millions d’euros de dépenses nouvelles, sans compter la hausse du RSA et les 11,5 millions d’euros pour faire face à la crise sanitaire. « Le budget est marqué par deux ambitions : la solidarité et l’attractivité », s’est félicité Georges Siffredi, le président (Les Républicains) du département.

- Publicité -

Articles similaires

Suivez-nous

- Publicité -

articles les plus lus

- Publicité -

Derniers articles