9.8 C
Courbevoie
mercredi 21 février 2024
- Publicité -

Courbevoie : Jacques Kossowski a trouvé son successeur pour 2026

Maire de Courbevoie depuis près de trente ans, Jacques Kossowski ne compte pas se représenter en tant que maire lors des prochaines élections. Pour le succéder, l’édile a choisi Jean Spiri.

Il règne sur Courbevoie depuis bientôt trente ans. Le maire Les Républicains, Jacques Kossowski, a confirmé à sa majorité et au Parisien qu’il ne comptait pas rempiler pour un nouveau mandat à la tête de la ville où est implantée une partie de La Défense lors des prochaines élections municipales du printemps 2026.

Âgé de 83 ans, l’édile a confié au Parisien que sa décision a été « difficile à prendre », de quitter son siège de maire, mais qu’il ne s’agissait pas d’une question d’âge, mais « d’une durée de mandat ». Pour le remplacer, l’homme politique a choisi de soutenir Jean Spiri. « Ce sera évidemment aux habitants d’en décider », s’est exprimé Jacques Kossowski au quotidien.

L’édile parle d’un « garçon très structuré et loyal » avec une vision commune pour la ville. Absent de l’actuelle équipe municipale depuis 2020 et après son échec à se faire élire député en 2017, Jean Spiri travaille actuellement dans une entreprise privée de l’édition. Une expérience qui, pour Jacques Kossowski, « semble être un atout pour diriger une collectivité », car selon lui, il faut « connaître le monde de l’entreprise pour être un bon maire ».

Un choix qui pourrait agacer certains membres de son équipe. Une dizaine qui « s’y voit », rapporte Le Parisien. « Je sais que cela va être difficile et que tous les élus ne vont pas comprendre. Certains vont même sûrement décider d’aller voir en face, sachant que mon opposition est uniquement macroniste », a confié Jacques Kossowski au journal

L’octogénaire assure qu’il poursuivra son mandat jusqu’à son terme. Si Jacques Kossowski compte rendre son écharpe tricolore dans deux ans, il ne compte pas pour autant prendre sa retraite. Pour la suite, Jacques Kossowski ne souhaite pas devenir un maire « bis », mais un « simple conseiller municipal qui donne son avis, si on lui demande… ».

Un choix déjà critiqué par l’opposante Renaissance, Aurélie Taquilain qui parle de Jean Spiri comme d’un « héritier parachuté ». L’ancienne adjointe, désormais en brouille avec Jacques Kossowski, voit dans cette décision « un manque de respect inouï » envers les habitants de Courbevoie. « La majorité municipale est-elle à ce point dépourvue de talents pour qu’il faille demander à un parisien de voler à son secours ? », ironise-t-elle.

Ce départ annoncé de Jacques Kossowski intervient quelques mois à peine après le départ surprise de Patrick Jarry, l’emblématique maire de Nanterre, qui a laissé sa place à son adjoint Raphaël Adam.

- Publicité -

Articles similaires

Suivez-nous

- Publicité -

articles les plus lus

- Publicité -

Derniers articles