5 C
Courbevoie
dimanche 28 novembre 2021
- Publicité -

Engie célèbre le lancement du chantier de son futur campus écolo

Début 2025 ce nouveau campus érigé aux portes de La Défense accueillera près de 8 000 salariés d’Engie actuellement basés majoritairement dans la tour T1.

A l’instar de Technip Energies installé depuis l’été dernier dans Origine, Engie quittera bientôt T1, sa tour en béton pour un campus alliant béton et bois. Pour célébrer officiellement le lancement des travaux du futur campus du groupe industriel énergétique français, Nexity, Swiss Life et Engie ont posé vendredi dernier la première pierre de ce méga projet.

« Engie c’est un groupe qui est profondément ancré dans la transition énergétique. C’est le cœur de la raison d’être du groupe. Nous voulions un siège qui nous ressemble », s’est exprimée Claire Waysand, la directrice générale-adjointe d’Engie.

Érigé aux portes de La Défense, à La Garenne-Colombes à l’emplacement d’un ancien site de Peugeot et Citroën, ce campus viendra s’établir sur un vaste terrain. Porté par Nexity, ce campus qui sera vendu à la fin des travaux à Swiss Life se composera de quatre bâtiments, ne dépassant pas les sept étages, érigés autour d’un vaste parc de 1,3 hectare arboré de quelques 300 arbres. Pour la conception des lieux, un trio d’agence est à la manouvre avec SCAU, Chaix & Morel et Associés, Artbuild et Base.

Le campus sera érigé autour d’un vaste parc de 1,3 hectare – SCAU Architecture / Chaix & Morel et Associés / Artbuild Architectes / Base paysagiste / Image Kreaction

« Nous nous sommes positionnés assez tôt sur le projet du campus Engie pour plusieurs raisons. La localisation en premier lieu est très intéressante dans le prolongement naturel de La Défense. Nous avons également été séduits par le projet en lui-même », affirme Fabrice Lombardo, le directeur des activités immobilières de Swiss Life Asset Managers France qui estime que le campus d’Engie « préfigurera le bureau de demain » dans une époque post-covid.

Si à l’origine Engie avait prévu d’occuper la totalité des 136 000 mètres carrés du campus composé de six bâtiments, la crise sanitaire et la poussée du télétravail ont fait revoir les plans du groupe à la baisse. « Le télétravail était existant avant et on s’est adaptés aux nouvelles façons de travailler », justifie Claire Waysand. Engie n’utilisera finalement que quatre bâtiments, soit 95 000 mètres carrés pour y loger ses 8 000 salariés.

Alimenté par 100 % d’énergies renouvelables pour ses besoins en chaud et en froid, le nouveau site se voudra être une « vitrine de la transition énergétique », pour être cohérent avec l’engagement et les priorités stratégiques d’Engie qui vise la neutralité carbone d’ici 2045. Le pôle énergétique du campus sera composé d’un mix de géothermie, de panneaux photovoltaïques installés en toiture, de chaudières à biogaz, de stockage électrique ou encore de réseaux « intelligents ». De quoi viser les certifications HQE Bâtiment Durable, Breeam, Osmoz, Wiredscore et Biodivercity.

Engie s’installera dans son nouveau campus au début de l’année 2025 – SCAU Architecture / Chaix & Morel et Associés / Artbuild Architectes / Base paysagiste / Image Kreaction

Pour chouchouter ses salariés, Engie proposera à ses collaborateurs une salle de sport, une crèche et plusieurs espaces de restauration. Au rez-de-chaussée, « Cœur Campus » réunira sur 6 000 mètres carrés un auditorium de 450 places et des espaces de conférence et collaboratifs. Côté stationnement le campus sera doté de 1 350 places pour voiture dont la moitié seront à terme équipés de bornes de recharge électrique et 700 mètres carrés d’emplacement pour les vélos.

Seul bémol pour ce campus : l’accessibilité. Éloigné de La Défense et son hub de transports en commun, le site sera desservi uniquement par la ligne T2 du tramway. A défaut de passer par la gare de La Défense, les salariés pourront s’orienter à 700 mètres de là, vers la future gare du RER E de Nanterre puis en 2030 de celle de la ligne 15 du Grand Paris Express.

Démarré l’été dernier, le chantier est mené par Bouygues Construction. Actuellement sept grues ont été installées par le géant du BTP. A terme il y en aura onze. L’objectif pour le promoteur Nexity est d’achever cette première tranche à la fin 2024, avant l’arrivée des salariés d’Engie au début de l’année 2025.

Le campus sera composé de quatre bâtiments. Deux autres pourraient venir s’y ajouter – SCAU Architecture / Chaix & Morel et Associés / Artbuild Architectes / Base paysagiste / Image Kreaction

L’arrivée de ce géant français fait la joie de Philippe Juvin, le maire de La Garenne-Colombes. Outre les retombées financières, la ville mise sur le réaménagement d’une partie de son territoire. « L’arrivée d’Engie avec la réalisation d’un éco-campus permet à la ville de poursuivre, dans une démarche toujours environnementale l’aménagement global de ce quartier et de développer les activités tertiaires », explique l’édile.

Les travaux des 41 000 mètres carrés des deux autres bâtiments -qui n’ont pas été cédés à Swiss Life- seront eux lancés ultérieurement, une fois que Nexity aura trouvé un ou des occupants. « Nous allons rentrer en commercialisation au début de l’année prochaine », indique Véronique Bédague, la directrice générale de Nexity.

A cet immense campus viendra s’ajouter par la suite plusieurs programmes de logements, également développé par le promoteur Nexity. « Le projet est en cours de définition avec la ville de la Garenne-Colombes », rajoute Véronique Bédague.

Le chantier du campus d’Engie est mené par Bouygues Construction – Defense-92.fr

- Publicité -

Articles similaires

Suivez-nous

- Publicité -

articles les plus lus

- Publicité -

Derniers articles