6.9 C
Courbevoie
mercredi 21 février 2024
- Publicité -

WeWork ferme en toute discrétion son centre de La Défense

Tombé sous le coup du chapitre 11 de la loi américaine en se déclarant en faillite, le géant américain WeWork tente de se sauver. En France, comme aux États-Unis, le spécialiste du coworking fait le ménage dans ses centres.

Son ouverture à la sortie du premier confinement n’avait rien d’un bon présage. Ouvert en pleine pandémie de Covid-19, durant l’été 2020, le centre WeWork du quartier Bellini à La Défense a fermé brutalement et en toute discrétion aux derniers jours de 2023. Symbole de ce départ soudain mais prévisible, les enseignes WeWork ont été rapidement démontées.

Tombé sous le coup du chapitre 11 de la loi américaine en se déclarant en faillite, WeWork tente désespérément de se sauver de la banqueroute. En France, comme aux États-Unis, le spécialiste du coworking fait le ménage dans ses centres les plus coûteux et moins performants. Celui de La Défense est l’un des premiers à faire les frais de ce plan de la dernière chance. L’entreprise, qui compte désormais quatorze espaces en France, tous implantés à Paris, parle d’une « décision difficile » dans le cadre de ses « efforts de restructuration stratégique ».

Installé au sein de l’ensemble immobilier Bellini, dans le bâtiment indépendant « Visio Défense » acquis à l’été 2022 par Perial pour 47 millions d’euros, WeWork occupait une surface d’un peu plus de 5 000 mètres carrés, répartis sur trois niveaux. Dans une ambiance soignée, le géant américain proposait un millier de postes de travail en bureaux partagés ou privatifs.

« Nous avons offert aux membres concernés des possibilités de relocalisation, avec notre assistance, au sein de nos autres sites parisiens, et nous nous excusons profondément pour les inconvénients que cela peut causer. Nous sommes ravis de continuer à fournir à nos membres des solutions d’espace flexibles dans nos autres bâtiments à Paris, où nous sommes très bien implantés, avec des espaces bien desservis et aménagés avec expertise », indique un porte-parole de WeWork.

Parmi ses nombreux membres, WeWork comptait deux grands noms : Groupon et heycar. Contraint de plier bagages en catimini, heycar, pourtant très content de s’être établi au WeWork de La Défense, a trouvé refuge chez un autre opérateur spécialisé dans le coworking dans le quartier d’affaires de l’Ouest parisien. Le site spécialisé dans la vente de véhicules d’occasion s’est installé dans le tout nouvel espace de Morning, au sein de la tour Légende (ex-EDF).

Le plus grand quartier d’affaires d’Europe semble maudit pour WeWork. Fondée en 2010, l’entreprise américaine à la croissance insolente avait déjà renoncé, en 2021, à ouvrir un immense espace au pied de la Grande Arche après avoir englouti des millions d’euros dans des travaux d’aménagement.

- Publicité -

Articles similaires

Suivez-nous

- Publicité -

articles les plus lus

- Publicité -

Derniers articles