10.7 C
Courbevoie
mardi 23 avril 2024
- Publicité -

Calogero célèbre son « A.M.O.U.R » à la Paris La Défense Arena

Le chanteur de 52 ans était à la Paris La Défense Arena ce samedi soir pour y donner un énorme concert, point d’orgue de sa tournée « A.M.O.U.R ».

Pour son passage dans la capitale, Calogero a choisi la plus grande salle de spectacle d’Europe. Le chanteur de 52 ans était à la Paris La Défense Arena ce samedi soir pour y donner un énorme concert, point d’orgue de sa tournée « A.M.O.U.R ».

Après une première partie assurée par Marie Poulain, c’est à 20h40 précises que Calogero a fait son apparition dans la pénombre pour entonner seul au piano « Dénouement heureux » et « Si seulement je pouvais lui manquer ». La scène, bordée d’écrans géants, s’est soudainement révélée pour son titre phare « A.M.O.U.R », du même nom que son dernier album ainsi que de sa tournée actuelle. L’artiste originaire d’Échirolles va ensuite lancer « Cache-cache » avant d’inviter son acolyte Passi pour chanter ensemble le célèbre « Face à la mer ».

Calogero va enchaîner durant un peu moins de trois heures ses plus grands titres issus de son dernier album, bien sûr, mais aussi de tous les autres. Le public entendra « C’était mieux avant », « J’ai le droit aussi », « Pomme C », « Cristal », « Derrière ma fenêtre », « Les feux d’artifice », « Prendre Racine », « 1987 », « Aussi libre que moi », « Je joue de la musique » ou encore « Yalla ». Au total, Calogero jouera une trentaine de tubes. La setlist est à retrouver ici.

Calogero va également partager la scène avec Gaëtan Roussel pour chanter « La nuit n’est jamais noire » et « J’t’emmène au vent ». À quelques minutes de la fin du show, le cinquantenaire va créer la surprise en invitant Jean-Louis Aubert et Richard Kolinka, les deux anciens membres du mythique groupe Téléphone, pour interpréter ensemble « Ça (c’est vraiment toi) ».

Pour achever en beauté son concert parisien, Calogero va s’entourer de ses deux filles, Nina et Romy. Le trio familial va entonner « Only You ». Et pour mettre un terme à la soirée, Calogero ne pouvait pas partir sans lancer ses célèbres tubes « En apesanteur » et « Si tu passes par là ».

- Publicité -

Articles similaires

Suivez-nous

- Publicité -

articles les plus lus

- Publicité -

Derniers articles