2.7 C
Courbevoie
dimanche 4 décembre 2022
- Publicité -

« Je veux une mobilisation générale » : à la Paris La Défense Arena, Macron donne un meeting géant « contre l’extrême-droite »

Le président et candidat à sa réélection était en meeting à la Paris La Défense Arena ce samedi. Son parti, La République En Marche revendique avoir attiré près de 30 000 personnes.

Pour son seul et unique meeting de campagne avant le premier tour de la Présidentielle, Emanuel Macron a choisi la Paris La Défense Arena, la plus grande salle couverte d’Europe. Le président et candidat à sa réélection a attiré ce samedi près de 30 000 militants -et quelques 600 journalistes-, selon son parti La République En Marche (LREM) qui espérait 5 000 personnes de plus.

Avec le choix de cette salle, l’équipe de campagne d’Emmanuel Macron entendait en mettre plein la vue avec un show à l’américaine. Le public est installé sur la tribune en fer à cheval de l’enceinte. Sur le parterre, là où les joueurs du Racing évoluent, on retrouve les plus fervents soutiens du candidat. Il y a aussi un Premier ministre, et même deux avec Jean Castex et Édouard Philippe. Des ministres également. Sans oublier certains soutiens opportunistes comme Manuel Valls. Ainsi que quelques peoples dont l’actrice Carole Bouquet.

En attendant l’arrivée sur scène de la star du jour, personne ne prend la parole à l’exception du speaker de la Paris La Défense Arena. Pour chauffer les militants, des vidéos sont projetées sur les nombreux écrans. Un DJ balance de la musique pour faire monter la sauce. 16h23, Emmanuel Macron fait son entrée en fendant la foule. Le public scande « Et un, et deux, et cinq ans de plus ! ». Sous des fontaines d’artifices, il rejoint la scène centrale formant un hexagone et dominée par des écrans, eux aussi hexagonaux. Sur la scène qui lui est dédiée, trois pupitres. Car Emanuel Macron va s’adresser à son public placé tout autour de lui en passant régulièrement d’un pupitre à un autre.

Le meeting d’Emmanuel Macron a attiré près de 30 000 personnes – Defense-92.fr

Deux heures de discours durant lesquels le candidat a détaillé les grandes lignes de son programme mais aussi défendu ses cinq années passées à l’Élysée. « Pour protéger les français du terrorisme, il fallait continuer de changer nos lois, renforcer nos services de renseignements, nous l’avons fait. Et je n’oublie à ce moment aucune des victimes de tous nos attentats, nos blessés, les familles de toutes ces victimes. Nous sommes à leurs côtés », a-t-il scandé assurant avoir recruté 10 000 policiers et gendarmes supplémentaires et augmenté de 30 % le budget de la justice. Avant de rajouter : « Je ne me résoudrai jamais à ce que certains de nos compatriotes puissent vivre dans l’insécurité. La présence des forces de l’ordre sur la voie publique sera doublée, 200 brigades de gendarmerie nouvelles installées » et de promettre 8 500 nouveaux postes de magistrats, de personnels de justice pour juger « plus vite, en proximité pour que nulle part, il ne puisse plus y avoir quelque impunité ».

Durant son meeting, le président et candidat a également longuement vanté les mérites de l’Europe. « Qui, qui mieux que notre Europe, ce petit bout de terre, qui a inventé l’humanisme, les Lumières, pour faire émerger un modèle de régulation d’internet, qui chasse les discours de complots, de haine, de désinformation, pour défendre l’esprit critique, la liberté de la presse ? », a évoqué Emmanuel Macron.

Sur le climat, Emmanuel Macron veut s’appuyer sur l’Union européenne pour atteindre la neutralité carbone d’ici à 2050. « Je suis fier que notre pays ait été parmi les premiers, au printemps 2018, à avoir porté cette ambition européenne de la neutralité carbone 2050, nous y sommes tous et nous le ferons », a martelé Emmanuel Macron.

« La grande cause de l’égalité entre les femmes et les hommes, de la lutte contre les violences à l’égalité salariale et tant et tant d’autres combats, nous l’avons menée, nos associations se sont mobilisées mais nous devrons faire plus, nous devrons faire plus. C’est pourquoi à nouveau l’égalité femmes / hommes sera la grande cause du quinquennat qui s’ouvre » a-t-il déclaré.

Le premier et seul meeting d’Emmanuel Macron avant le premier tour – Defense-92.fr

Emmanuel Macron a également défendu le modèle de la laïcité « Liberté, égalité, fraternité, laïcité ! Je suis sûr d’une chose mes amis, je suis sûr d’une chose : c’est que nos valeurs sont les meilleures réponses aux défis des temps, elles sont profondément modernes » a-t-il lancé avant de mettre en garde : « C’est que ces valeurs ne sont pas des acquis, non, elles doivent être défendues sans relâche, elles sont une conquête de chaque matin ! ». Une occasion pour le candidat de rendre hommage aux victimes des attentats et surtout à Samuel Paty, ce professeur décapité par un fanatique.

Sujet sensible, les impôts. Sur ce point, Emmanuel Macron a assuré poursuivre une baisse en cas de victoire le 24 avril prochain. « Nous continuerons de baisser les impôts et d’investir car c’est la clef pour créer de l’activité et être cette puissance productive, industrielle et indépendante que nous voulons », avant de promettre la rénovation énergétique de 700 000 logements par an pour son prochain quinquennat, la construction de nouveaux réacteurs nucléaires et « à chaque français » des voitures électriques en location à partir de 100 euros par mois.

Autre chapitre ultra-sensible, celui des retraites. Et cette fois-ci Emmanuel Macron a été clair. « J’assume de vous dire qu’il faudra travailler plus longtemps parce que nous vivons plus vieux. Comme l’ont déjà fait l’Italie, l’Espagne, l’Allemagne, tant de nos voisins, il faudra de manière concertée, bien sûr de manière progressive et visible passer l’âge de notre retraite à 65 ans, parce que c’est ainsi que nous pourrons financer tous les progrès », a assuré le candidat.

« Tous nous avons été indignés par les révélations faites sur certains établissements (de retraite, ndlr). Cela ne vaut pas pour tous et beaucoup font un travail admirable mais cela ne doit plus exister, jamais ! Nos vies, leurs vies valent plus que tous les profits », a scandé Emmanuel Macron.

Emmanuel Macron s’est également posé comme rempart contre « l’extrême-droite », sans jamais citer Éric Zemmour et Marine Lepen. « Nous nous sommes habitués à ce que l’extrême droite se réclame de Charles de Gaulle alors que tout dans son histoire, son parcours, l’éloigne du gaullisme ; alors qu’elle est précisément, l’extrême-droite, l’héritière de ce qu’a combattu le Général ! ».

Durant deux heures Emmanuel Macron a défendu le bilan de son quinquennat et présenté son projet pour sa réélection – Defense-92.fr

Enfin, le candidat s’est défendu dans l’affaire « McKinsey ». « Ces derniers jours j’ai entendu parler beaucoup d’évasion fiscale, et de cabinets américains, bon ! simplement, je voulais rappeler à tous ceux qui s’en indignent, qu’ils les ont à chaque fois utilisés dans leur collectivité ou au gouvernement », a-t-il lancé mettant en avant l’impôt minimal européen. « Nous nous sommes battus, nous l’avons fait, et cet impôt minimal, c’est celui qui fera que toutes les sociétés internationales devront payer un minimum d’impôt là où de la valeur est créée, car c’est ainsi qu’il faut agir », a rajouté Emmanuel Macron.

Si la foule a été galvanisée durant près de deux heures, le meeting a été un poil perturbé notamment lorsque des militants écologistes ont brandi brièvement en tribune une banderole « Criminel climatik ». Pas de quoi perturber Emanuel Macron qui a conclu son rendez-vous politique par une marseillaise autour de plusieurs dizaines de militants venus le rejoindre sur scène.

- Publicité -

Articles similaires

Suivez-nous

- Publicité -

articles les plus lus

- Publicité -

Derniers articles