8.8 C
Courbevoie
mercredi 28 février 2024
- Publicité -

Appel à projets Empreintes : Paris La Défense dévoile le lauréat du site Jean Moulin

L’aménageur du quartier d’affaires a retenu pour le site Jean Moulin un projet mixte et bas carbone mêlant bureaux, résidence étudiante et commerces.

L’appel à projet Empreinte révèle sa seconde équipe lauréate. Après avoir dévoilé en septembre dernier l’équipe gagnante du site Ségoffin, Paris La Défense vient de divulguer, en marge du Simi, le Salon de l’immobilier d’entreprise, le groupement lauréat du site Jean Moulin.

Pour redonner une nouvelle vie à ce site enclavé, c’est l’équipe menée par BNP Paribas Real Estate, accompagnée par Spie Batignolles Immobilier et les architectes RSHP et AREP Architectes qui a remporté la mise face à deux autres concurrents.

Véritable symbole de l’urbanisme de dalle et d’une époque du tout-voiture, le site Jean Moulin est depuis son aménagement dans les années 70 un canyon de béton, difficilement franchissable et surtout peu accueillant. Pour gommer cette cicatrice urbaine et relier au mieux les quartiers Boieldieu et Villon, le groupement propose un programme mixte, bas-carbone et horizontal.

Le groupement a imaginé un ensemble immobilier d’environ 19 000 mètres carrés venant enjamber les sorties des parkings Centre Grande Arche et Villon et connecter de façon plus douce la dalle du nouvel immeuble Altiplano à l’avenue Jean Moulin. L’axe routier perdra ainsi son aspect d’autoroute au profit d’une voie urbaine apaisée.

« Notre première ambition est de reconnecter les espaces et les activités, en facilitant les déplacements quotidiens entre Puteaux et le quartier d’affaires, en s’appuyant sur l’avenue Jean Moulin de demain », promet Stéphen Barrett, architecte associé chez RSHP.

Le projet Jean Moulin doit comporter un immeuble de bureaux tourné vers la ville de Puteaux. D’une petite dizaine d’étages et d’une superficie d’environ 10 000 mètres carrés, l’édifice sera doté d’une structure à dominante bois. Cette édifice intégrera la notion de réversibilité, assurant la flexibilité d’usage en cas d’évolution des besoins tout au long du cycle de vie de l’immeuble. Avec des plateaux divisibles grâce à deux noyaux d’accès, il pourra accueillir tous types d’occupations (espaces ouverts, bureaux individuels, coworking) et toutes sortes de structures (start-up, PME, acteurs de l’ESS, grands groupes…). L’ensemble immobilier promet de se distinguer du paysage urbain grâce à sa façade rythmée et articulée par des vides et des pleins, ainsi que par la végétalisation massive de ses toits et balcons. Trois grandes terrasses couronneront les gradins du bâtiment, offrant détente et vue panoramique. Une partie de ces terrasses sera destinée à accueillir une réserve de biodiversité.

Situé au pied de la tour Atlantique, le bâtiment voisin, d’une quinzaine de niveaux, également en ossature bois, ambitionne d’accueillir environ 200 chambres pour étudiants et jeunes travailleurs. Proposées par Studélite, les surfaces iront du studio au deux pièces. Cette résidence sera ouverte à la fois sur la dalle Altiplano et l’avenue Jean Moulin. Dans un tissu urbain particulièrement dense, la rotation du bâtiment de 45 degrés vise à minimiser les vis-à-vis avec les tours voisines et à maximiser l’apport de lumière naturelle. Les résidents bénéficieront d’une gamme étendue de services : accueil, laverie, espaces de coworking, de détente et de projection (TV, baby-foot…), cafétéria, connexion internet, prêt de petit matériel, animations (soirées, événements…) et parking à vélo. La création d’un rooftop panoramique sera étudiée afin de compléter l’offre, envisageant l’accueil d’activités maraîchères et apicoles ainsi qu’une programmation festive et culturelle pour les résidents ».

Le programme embarquera des bureaux, une résidence étudiante, une salle d’escalade mais aussi une halle gourmande – Metrochrome

Un tiers-lieu, « le Pavillon », de 250 mètres carrés, doit accueillir les acteurs locaux de la vie culturelle, solidaire et sociale de Puteaux. « Ce pavillon sera l’entrée du projet. Il fera le lien entre la ville de Puteaux et l’esplanade. Sa programmation sera imaginée par les habitants et il s’agira d’un espace pour les habitants », assure Carole de Matharel, directrice générale adjointe développement promotion grand projet mixte chez BNP Paribas Real Estate. Il serait possible d’y trouver, par exemple, un café associatif, un espace d’exposition ou encore des ateliers pédagogiques.

Une halle marchande de 1 400 mètres carrés viendra étoffer l’offre de services dans le quartier. L’entreprise basque Biltoki, associée au projet, proposera, comme avec sa halle d’Issy-les-Moulineaux, une offre mêlant commerces de bouche (de la boulangerie à l’épicerie fine) « valorisant les savoir-faire artisanaux et les produits en circuits-courts ». Sa terrasse au Sud, sur le toit du Pavillon, offrira des vues sur le paysage de Puteaux.

En plus de faire vivre l’ensemble en journée, les acteurs du projet Jean Moulin promettent un lieu animé les soirs et les week-ends. Une salle d’escalade de 840 mètres carrés, exploitée par Climbing District, doit venir dynamiser le socle du bâtiment de logements étudiants.

« Le but, c’est de montrer que l’on peut construire des immeubles différemment à La Défense, sans renier les qualités d’attractivité économique et centrale du quartier », a ajouté Pierre-Yves Guice, le directeur général de Paris La Défense.

Le projet du site Jean Moulin en est pour l’instant à ses prémices. Si tout va bien, les travaux pourraient débuter en 2026, avec pour objectif d’ouvrir le programme vers 2029, marquant ainsi le renouveau de la frange Sud-Ouest du quartier d’affaires.

Les trois autres projets d’Empreintes, « Liberté », « Gambetta » et Demi-Lune », devraient être révélés l’année prochaine, à l’occasion du Mipim. Avec son appel à projet Empreintes lancée en 2022, Pierre-Yves Guice assure ne pas vouloir « densifier le quartier à l’extrême » ni faire « fortune en charge foncière », mais plutôt reconvertir des friches routières et « produire des démonstrateurs ».

L’ensemble de 19 000 mètres carrés promet d’être bas-carbone avec une structure majoritairement en bois – Metrochrome

 

- Publicité -

Articles similaires

Suivez-nous

- Publicité -

articles les plus lus

- Publicité -

Derniers articles