16.2 C
Courbevoie
mercredi 22 mai 2024
- Publicité -

Paris La Défense dévoile « Synapses », le premier projet lauréat du concours Empreintes

L’établissement public chargé d’aménager le quartier d’affaires a retenu l’équipe emmenée par le mandataire Pitch Immo et le groupe GA Smart Building pour ériger « Synapses », le premier projet lauréat d'Empreintes.

Le bois structure désormais La Défense. Paris La Défense a dévoilé le premier des cinq lauréats de son appel à projets urbains mixtes et bas carbone Empreintes lancé en mars 2022. Et quoi de mieux que le Sibca, le Salon de l’Immobilier Bas Carbone, pour révéler « Synapses », le projet porté par Pitch Immo et le groupe GA Smart Building, associé au cabinet d’architecte Atelier(s) Alfonso Femia pour le site Ségoffin.

Situé à Courbevoie, Synapses va venir épouser le boulevard Patrick Devedjian (anciennement boulevard circulaire) sur une emprise de 2 800 mètres carrés. Pour l’emporter face aux deux autres groupements, Pitch Immo et GA Smart Building ont proposé un ensemble de coliving (une offre de séjour en longue durée, à mi-chemin entre un hôtel et un apart-hôtel) en bois avec un faible bilan carbone inférieur à 525 kgCO2eq/m².

Synapses embarquera 220 chambres – Diorama

Le projet Synapses c’est deux tours, la Serpentine et la Ségoffin culminant respectivement à 45 et 39 mètres, séparées par une faille végétalisée pour offrir « un dialogue » avec la résidence des Dauphins. Pour opérer l’ensemble des 8 000 mètres carrés, composé sur 6 100 mètres carrés de 220 chambres d’une surface moyenne de vingt mètres carrés le tout rythmées par une série de terrasses et de balcons, Colonies sera à la manœuvre. Les résidents de cette résidence en coliving pourront profiter de très grands lieux de vies commun (cuisines, salons, salles à manger,…) mais également d’un rooftop trônant en haut de la tour Ségoffin, « véritable havre de paix » qui accueillera du mobilier et une pergola agrémentée de plantes grimpantes…

Un commerce, un restaurant et une salle d’escalade viendront animer le socle de Synapses – Diorama

Le socle commun sur deux niveaux accueillera des commerces et services de proximité. Une supérette de 300 mètres carrés viendra remplacer l’actuel Franprix provisoire implanté au pied de la tour Gambetta et une offre de restauration de 400 mètres carrés s’y ajoutera. Une salle d’escalade Blocbuster de 600 mètres carrés viendra compléter l’ensemble ainsi qu’un tiers-lieu.

« Avec Synapses, nous allons doter le quartier d’une réalisation innovante, ouverte, respectueuse et surtout créatrice de liens. Le groupement a, en effet, imaginé Synapses à travers deux idées fortes : des espaces à la fois relationnels et sensoriels, valorisés par la nature et des rez-de-chaussée animés », indique Stéphane Pons, directeur général délégué, Pitch Immo.

Schéma de principe du projet Synapses – DR

Premier immeuble intégrant une structure bois à être érigé au cœur même de La Défense, le chantier Synapses va se distinguer par une méthodologie inédite. Pour assembler les 220 chambres, les investisseurs vont opter pour une construction en bois 3D modulaire industrielle, une première en France. Le montage des chambres reprendra le principe des bateaux de croisières où les cabines sont construites directement en usine avant d’être déposées sur le navire. Les différents modules de chambres seront ainsi produits dans les usines française d’Ossabois, transportés par camions puis assemblés sur le site du chantier tel un jeu de Lego. Le béton sera quant à lui « bas carbone », promettent les porteurs du projet.

Cette méthodologie imaginée en un an devrait permettre de réduire la durée du chantier à « seulement » à dix-sept mois avec jusqu’à huit modules posés quotidiennement. « L’avantage du montage en hors-site est de limiter les nuisances pour les riverains mais aussi de réduire drastiquement l’empreinte carbone et de limiter les camions », assure Sophie Meynet, directrice générale immobilier résidentiel chez GA Smart Building.

La résidence Synapses se composera d’une structure en bois – Diorama

Avant le lancement des travaux espéré pour le courant de l’année 2025, les porteurs de Synapses vont devoir obtenir le précieux permis de construire. D’ici là, Paris La Défense devra remanier le carrefour Ségoffin et modifier l’entrée du parking Coupole-Regnault. L’ambition pour Pitch Immo et GA Smart Building est de livrer Synapses en 2027. Le montant global de l’investissement n’a pas été révélé par le groupement.

Cette évolution vers un quartier d’affaires moins gourmand en énergies et plus sobre, s’inscrit dans la Raison d’être de Paris La Défense qui vise à réduire par deux l’empreinte carbone d’ici à 2030. Avec « Synapses », Georges Siffredi, le président des Hauts-de-Seine et de Paris La Défense voit une « excellence » environnementale venant créer « une couture urbaine » avec la ville de Courbevoie.

Quant aux quatre autres sites (Demi-Lune, Jean Moulin, Liberté et Gambetta) d’Empreintes, les lauréats devraient être révélés dans le courant 2024, probablement en marge du Mipim, le salon des professionnels de l’immobilier, programmé du 12 au 15 mars prochain à Cannes.

La résidence Synapses va venir épouser le boulevard Patrick Devedjian – Diorama
- Publicité -

Articles similaires

Suivez-nous

- Publicité -

articles les plus lus

- Publicité -

Derniers articles