14 C
Courbevoie
jeudi 30 mai 2024
- Publicité -

Le département veut limiter le rejet d’eaux usées dans la Seine

Le département des Hauts-de-Seine mène actuellement des travaux sur son réseau d’assainissement afin de réduire les déversements dans la Seine en cas de pluie.

Dans moins d’un an il sera possible de piquer une tête dans la Seine. Alors qu’en amont de Paris on se démène pour dépolluer la Seine en vue des épreuves en Seine des Jeux Olympiques et Paralympiques 2024, du côté de La Défense le département des Hauts-de-Seine poursuit son vaste programme pour améliorer le réseau d’assainissement afin de limiter les rejets des eaux sales dans le fleuve.

Longeant les quais de Seine à quelques mètres de profondeur, l’énorme collecteur d’eaux usées et pluviales (réseau dit « unitaire ») d’1,75 mètre de diamètre construit au cours du siècle dernier fait l’objet depuis pas mal d’années déjà de nombreux travaux d’amélioration. Au pied des tours du quartier d’affaires, le département des Hauts-de-Seine a lancé en mai dernier un important chantier sur le quai de Dion Bouton à Puteaux.

Ce système ambitionne de limiter au maximum les rejets d’eaux usées et d’eaux de pluie du collecteur dans la Seine en cas de fortes averses – Defense-92.fr

Avec ce chantier mis en oeuvre par Eiffage le département ambitionne de limiter au maximum les rejets d’eaux usées et d’eaux de pluie du collecteur dans la Seine en cas de pluie. Pour atteindre cet objectif, l’historique structure manuelle de barrage à poutrelles va être remplacée par un système de vanne automatique manipulable à distance en cas de forte averse. A l’inverse, en cas de crue de la Seine cette vanne doit permettre d’empêcher l’eau du fleuve de venir se mélanger avec celle du collecteur.

« L’objet des travaux c’est de réduire les déversements dans la Seine. A l’échelle globale du projet dans le département, d’après les modélisations hydrauliques, l’objectif est de réduire à terme de 40 % les rejets dans le fleuve », confie Olivier Turpain, chef de projet au département.

Schéma de principe du projet – DR

Ces travaux qui doivent s’achever en juin 2024 entrainent une perturbation sur la circulation routière du quai de Dion Bouton. Le carrefour avec les rues Jean Jaurès et Bellini est modifié et le nombre de voies sur le quai est réduit de trois à deux.

Chiffré à un peu plus de deux millions d’euros, ce chantier est financé par le département des Hauts-de-Seine qui peut compter sur une subvention de l’Agence de l’Eau Seine-Normandie (AESN).

Principalement construit au cours du XXe siècle, le réseau du département compte environ 630 kilomètres de réseau dont 400 visitables, trente-huit stations de pompages, quatre-vingt-cinq points de rejets dans la Seine.

Ce chantier est chiffré à un peu plus de deux millions d’euros – Defense-92.fr
- Publicité -

Articles similaires

Suivez-nous

- Publicité -

articles les plus lus

- Publicité -

Derniers articles