2.3 C
Courbevoie
vendredi 9 décembre 2022
- Publicité -

Pour faire oublier le minéral La Défense va verdir son esplanade

Imaginée il y a cinquante ans, l’esplanade de La Défense va passer au vert. Le paysagiste Michel Desvigne a imaginé un espace de verdure de près de cinq hectares.

Il y a un demi-siècle émergeait à l’Ouest de Paris le tout nouveau quartier d’affaires de La Défense. Situé le long de l’axe historique imaginé par André Le Nôtre, une dalle de béton va progressivement remplacer l’avenue de La Défense. L’idée est simple et s’appuie sur la Chartre d’Athènes : séparer les flux automobiles et piéton. C’est ainsi que nait progressivement du pont de Neuilly jusqu’au tout nouveau Cnit, une longue dalle en béton de plus d’un kilomètre. Pour l’agrémenter d’un peu de verdure, l’Epad, l’aménageur de l’époque fait appel au paysagiste américain Dan Kiley qui fait planter 450 platanes et tilleuls.

450 platanes et tilleuls plantés il y a cinquante ans

Mais durant plusieurs décennies rien n’a vraiment évolué. L’esplanade reste très minérale malgré cette petite foret d’arbres. Il faudra attendre la précédente décennie pour que l’établissement public Paris La Défense ne se penche sur ce problème. Dès 2017, un petit carré de verdure voit le jour sur la place Basse de l’esplanade avant qu’en février 2020 Paris La Défense ne déroule avec des habitants un parterre de gazon près de la tour CB21. Les choses vont réellement s’accélérer l’année dernière avec l’expérimentation par Paris La Défense de treize jardinières déployées sur une large partie de l’esplanade. L’aménageur du quartier d’affaires à une idée en tête : verdir complètement cet axe de béton. De là nait le projet « Le Parc ».

D’ici à 2026, cinq hectares d’espace vert vont être aménagés le long de l’esplanade – MDP – Paris La Défense

« La création d’un espace végétalisé de cinq hectares, l’un des plus grands de France à s’installer sur une dalle, au cœur de ce qui était hier un quartier d’affaires où l’on se rendait uniquement pour travailler, s’inscrit pleinement dans la raison d’être dont Paris La Défense s’est doté », s’est exprimé le président de l’établissement et du département, Georges Siffredi.

Cinq hectares de végétale sur l’esplanade de La Défense

Pour mettre en œuvre ce vaste projet, Paris La Défense s’est entouré de Michel Desvigne. Le paysagiste français a imaginé une longue coulée verte de cinq hectares pour relier les quelques 600 mètres séparant le Bassin Takis à la Fontaine Agam. Plutôt que de partir d’une feuille blanche, le pari de Michel Desvigne a été de conserver les 450 platanes et tilleuls. « Les arbres sont en très bon état et ont une très bonne espérance de vie. Cela a été parfaitement bien réalisé », assure le paysagiste. Ces platanes et tilleuls seront d’ailleurs sublimés. « On va venir ajouter d’autres strates arbustives intermédiaire avec de petits arbres », poursuit Michel Desvigne qui a imaginé de planter toute une série de petits arbres « sans géométrie ». Au pied de cette foret sera planté un parterre d’arbustes et fleurs.

Sans bloquer la perspective historique de l’axe le paysagiste va venir tapir d’herbe et de petits végétaux l’actuelle dalle en escalier offrant l’illusion d’une prairie dans cet univers de béton, d’acier et de verre. Michel Desvigne a également imaginé deux petits plans d’eau en échos au Bassin Takis et la Fontaine Agam. « Nous avons élaboré ce projet pour offrir une perspective végétale vers la ville », promet Michel Desvigne.

Pour mettre en œuvre ce vaste projet, Paris La Défense s’est entouré du paysagiste Michel Desvigne – MDP – Paris La Défense

De quoi inverser le ratio entre le minéral et le végétal. Et pas qu’un peu. Actuellement la surface imperméable de la dalle atteint 70 % et seulement 30 % pour le perméable. Avec Le Parc la tendance sera inversée. Depuis 2019  Paris La Défense revendique ainsi avoir végétalisé plus de 10 000 mètres carrés d’espace portant aux 37 hectares d’espace vert dans le quartier.

Si aucune construction n’est prévue dans le projet du Parc, Paris La Défense va racheter l’espace de 2 000 mètres carrés occupé jusqu’il y a peu par Baya Axess – Com’Square. L’établissement étude actuellement différentes pistes d’occupation de ces espaces.

Un vaste qui chantier qui doit débuter en 2024

Mais reste encore quelques petits et gros détails à régler pour le paysagiste, son groupement (Arcadis, Urban-Eco Scop et Ville Ouverte) et Paris La Défense. L’aménageur du quartier continue de peaufiner la jonction de ce parc avec le Bassin Takis et la Fontaine Agam. « Il y a une question pas du tout anecdotique qui est de savoir comment on va gérer les transitions », insiste Pierre-Yves Guice, le directeur général de Paris La Défense.

Cette végétalisation de l’esplanade va prendre un peu de temps, car mine de rien il y a du travail. Paris La Défense espère pouvoir lancer les travaux au début de l’année 2024 avec des livraisons « par séquence » jusqu’en 2026. D’ici là, l’établissement public va, jusqu’à la fin de l’année prochaine, poursuivre les études techniques et lancer les marchés de consultations pour ce vaste chantier dont l’enveloppe avoisine « la trentaine de millions d’euros », selon Pierre-Yves Guice.

En parallèle au projet du Parc, Paris La Défense est sur plusieurs autres fronts. Outre les refontes des places des Reflets ou de l’Iris, l’établissement poursuit jusqu’au début de l’année prochaine le réaménagement des quelques 20 000 mètres de la place de La Défense. Viendra ensuite un autre gros morceau pour Paris La Défense : la reconfiguration du parvis de La Défense.

Les travaux devrait débuter en 2024, pour une livraison « par séquence » jusqu’en 2026 – MDP – Paris La Défense
- Publicité -

Articles similaires

Suivez-nous

- Publicité -

articles les plus lus

- Publicité -

Derniers articles