15 C
Courbevoie
dimanche 23 juin 2024
- Publicité -

L’expulsion d’une mère et ses trois enfants autistes suscite un tollé

Une mère et ses trois enfants autistes ont été expulsés de leur logement social de la rue d’Aboukir à Courbevoie.

A moins d’un mois de la trêve hivernale, les expulsions s’enchainent un peu partout en France. Aux portes du plus grand quartier d’affaires d’Europe, l’une d’elles a particulièrement choqué. Dans une vidéo relayée sur le compte X (anciennement Twitter) d’« Alertes Infos », une mère apparait avec un enfant en sanglots.

Captée mercredi dernier, la vidéo dévoile un court instant l’expulsion qu’a vécu Yasmina, mère de trois enfants (une fille de 11 ans et deux garçons de 9 et 13 ans), tous autistes, de son logement social de la rue d’Aboukir à Courbevoie.

Logée dans une des résidences de l’OPH Rives de Seine, cette mère cumulait une dette de 31 920 euros -soit deux ans de loyers- auprès du bailleur. Ce dernier avait lancé une procédure d’expulsion confirmée en juillet 2023 par la justice et approuvée par les autorités préfectorales, qui avaient également autorisé le recours à la force publique.

L’expulsion a très vite indigné des internautes mais aussi et surtout des habitants de la résidence HLM. Dans la foulée une cagnotte a été lancée par une voisine pour soutenir l’habitante. Lundi matin près de 48 000 euros avaient été collectés.

Interrogée par Le Parisien, une voisine affirme que Yasmina, bénéficiaire du RSA, a été victime de son conjoint, qui a arrêté de payer le loyer et a quitté le domicile il y a un peu moins d’un an. De plus, la mère aurait d’ailleurs déposé plainte contre lui pour violence et engagé une procédure de divorce.

Alors que se tenait le soir même le conseil municipal de Courbevoie, l’opposante Aurélie Taquillain (Renaissance) a interpellé le maire, Jacques Kossowski. « Cette maman aurait dû être reçue et accompagnée par la ville, il n’est pas normal de devoir faire autant de bruit pour faire bouger les choses », a fustigé l’élue. Embêté par l’affaire, le maire a parlé d’« un devoir d’humanité malgré une décision de justice » indiquant qu’il avait sollicité les services de la préfecture « pour tenter de trouver une solution de relogement à Courbevoie ou à proximité ».

Selon le journal Le Parisien, le bailleur social se défend d’avoir « tendu la main » à la mère de famille et formulé plusieurs propositions de médiation, toutes refusées. De son côté la préfecture des Hauts-de-Seine qui a donné son accord pour l’expulsion a confié au Parisien qu’elle n’était pas informée de la situation des trois enfants. Dès jeudi soir les services de l’État assurent qu’une proposition de relogement a été formulée à cette mère qui l’aurait « accueillie favorablement ».

- Publicité -

Articles similaires

Suivez-nous

- Publicité -

articles les plus lus

- Publicité -

Derniers articles