17 C
Courbevoie
mercredi 19 juin 2024
- Publicité -

La flèche pliée de la grue du chantier de la tour Hopen a été sécurisée

Eiffage et Liebherr ont sécurisé ce vendredi matin la flèche pliée en deux de la grue du chantier de la tour Hopen. Cette intervention permet la levée « provisoire » du périmètre de sécurité mis en place tout autour du chantier juste après l’accident.

Quatre jours après s’être repliée sur-elle-même, la flèche de la grue du chantier de la tour Hopen (l’ancienne tour Adria, occupée jusqu’en 2021 par TechnipFMC) a été placée en sécurité, ont indiqué ce vendredi soir le groupe Eiffage et la préfecture des Hauts-de-Seine.

Eiffage, le géant du BTP et le fabricant allemand Liebherr ont pu procéder ce vendredi entre 7h30 et 10 heures à la rotation de la grue à flèche relevable, afin de positionner la flèche endommagée au-dessus du building en travaux. Surplombant désormais le chantier de la tour Hopen, la flèche métallique d’environ cinquante-cinq mètres de long pour onze tonnes a été amarrée à la terrasse du trente-neuvième étage à l’aide de sangles. Cette nouvelle position de la grue va également faciliter l’intervention des ouvriers en vue du démontage de la flèche.

Cette opération réalisée avec l’appui des services de l’État et de la Brigade de Sapeurs-Pompiers de Paris (BSPP) a permis au préfet des Hauts-de-Seine, Laurent Hottiaux de lever « provisoirement » le périmètre de sécurité mis en place depuis l’accident, qui rappelons le, n’a pas fait de victime. Depuis lundi soir, plusieurs immeubles de bureaux étaient en effet interdits d’accès en raison de la position dangereuse de la flèche.

Si la flèche accidentée ne domine plus le vide, la situation est loin d’être réglée. Eiffage et Liebherr vont désormais devoir mettre au point une méthode pour démonter cet amas froissé de métal. « Nos équipes, toujours assistées des équipes de Liebherr, vont maintenant se concentrer sur le process de dépose de la flèche endommagée qui va pouvoir se faire en toute sécurité », indique le groupe de BTP qui n’a toujours pas calé de calendrier pour cette opération de haut-vol, à venir.

« En fonction de la méthode privilégiée, dont le choix sera discuté avec les services de l’Etat, un nouveau périmètre de sécurité pourrait être établi, afin de garantir la sécurité des riverains », précise la préfecture.

Au moment de l’accident deux ouvriers réalisaient une opération de maintenance sur cette grue perchée au 26eme étage du building haut d’environ 170 mètres. La flèche était alors en position verticale. Si une rafale de vent serait à l’origine de cet incroyable péripétie, les circonstances précises ne sont pas encore totalement établies. « Les investigations vont se poursuivre parallèlement afin de déterminer les causes de cet incident », assure Eiffage.

Bien qu’extrêmement rare ce n’est pas la première fois qu’un tel événement se produit dans le quartier d’affaires. En 1999, lors de la tempête deux grues s’étaient effondrées sous l’effet du vent, là encore, sans causer de victime. En octobre 1987, une grue servant à l’édification de la Grande Arche s’était également écrasée au sol après une violente tempête.

- Publicité -

Articles similaires

Suivez-nous

- Publicité -

articles les plus lus

- Publicité -

Derniers articles