14.8 C
Courbevoie
mardi 28 mai 2024
- Publicité -

La Karmine Corp déchaine la Paris La Défense avec son KCX3

La Paris La Défense Arena a accueilli ce samedi soir près de 30 000 spectateurs venus assister au KCX3, un tournoi d’e-sport organisé par la Karmine Corp.

La folie de l’e-sport s’est emparée de la Paris La Défense Arena, terre du Racing 92. Ce samedi soir, la Karmine Corp a organisé son troisième événement KCX, surnommé « KCX Kcorp vs the world » au cœur de la plus grande salle de spectacles d’Europe.

Devant près de 30 000 spectateurs en furie, le show d’e-sport, digne des plus grands spectacles américains a vu s’affronter des pointures des jeux en ligne sur les titres Smash Ultimate, Rocket League, Valorant et League of Legends.

La soirée qui a mélangé show musical et e-sport a été marquée par une série de plusieurs matchs d’exhibition où l’équipe masculine de la Karmine Corp (ScreaM, Nivera, Shin, xms et ZE1SH) a affronté les sud-coréens (T1) et les filles de la Karmine Corp GC (LiriLia, matriix, Mel, Nelo et Ninou) les joueuses brésiliennes (LOUD Female).

La fête n’a pas tourné à l’avantage des frenchies et belges qui ont enregistré trois revers (dans les catégories Valorant masculin et féminin, ainsi qu’avec Rocket League) mais tout de même deux victoires (dans les catégories Smash Ultimate et League of Legends).

Kamel Kebir, alias Kameto, le fondateur de la Karmine Corp n’a pas caché son émotion à l’issue de la soirée. Après avoir remercié son public, le fan de jeux vidéo du haut de ses 28 ans a tout simplement lâché un « je t’aime » à sa maman qui était présente dans la salle bondée.

S’il n’était pas présent, Emmanuel Macron –qui connait bien cette salle où il avait donné un meeting de campagne l’année dernière– a de son côté adressé sur X (anciennement Twitter) un message aux fans de jeux vidéo après sa récente déclaration polémique.

« J’ai fait bondir les gamers. J’ai pourtant toujours considéré que les jeux vidéo sont une chance pour la France, pour notre jeunesse et son avenir, pour nos emplois et notre économie. Je veux être (plus) clair. J’ai exprimé mes préoccupations fin juin car les codes du jeu vidéo avaient été utilisés par des délinquants pour banaliser la violence sur les réseaux sociaux. C’est cette violence que je condamne, pas les jeux vidéo », a écrit le chef de l’Etat pour qui les jeux vidéo « font partie intégrante de la France » et sont « une culture, un divertissement, un spectacle ! ».

- Publicité -

Articles similaires

Suivez-nous

- Publicité -

articles les plus lus

- Publicité -

Derniers articles